Coronavirus : Les vaccins responsables de 33.000 décès en Europe ? C’est faux !

FAKE OFF Le tableau qui circule sur les réseaux sociaux a été réalisé par un internaute à partir des chiffres de l’Agence européenne du médicament. Ils ne prouvent pas que les vaccins ont causé ces décès

Maïwenn Furic
Un internaute partage régulièrement un tableau des décès des vaccins contre le Covid-19.
Un internaute partage régulièrement un tableau des décès des vaccins contre le Covid-19. — Capture d'écran
  • Depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19, un internaute décompte, pour chaque vaccin, les décès prétendument liés à la piqûre.
  • Ces données semblent tout droit sorties du site Eudravigilance de l’Agence européenne des médicaments, qui répertorie les effets indésirables des vaccins commercialisés en Europe.
  • 20 Minutes vous explique pourquoi ces chiffres sont manipulés.

Peut-être que vous avez déjà vu passer un tableau de ce type sur les réseaux sociaux ? Plusieurs versions, avec différents chiffres, sont publiées par des internautes  depuis le début de la campagne de   vaccination contre le  Covid-19. Des informations qui semblent très sérieuses en raison d’un en-tête aux couleurs de l’Union européenne.

Selon une version récente de ce document, au 11 décembre 2021, le vaccin Pfizer aurait conduit à 15.376 décès, celui de   Moderna à 9.253,  AstraZeneca à 6.655 décès, et  Janssen à 2.026. Pour un total en hausse de « 2,02 % par rapport au dernier relevé », sans compter ni la Grande-Bretagne, ni la Suisse.

Un internaute partage régulièrement un tableau des décès des vaccins contre le Covid-19.
Un internaute partage régulièrement un tableau des décès des vaccins contre le Covid-19. - Capture d'écran

Lorsque cette image est partagée, les internautes dénoncent un silence des médias sur les prétendus décès causés par les vaccins. « Désastre, il faut à tout prix arrêter la vaccination. »

Ce n’est pas la première fois que ce type de chiffres alarmistes sur les vaccins contre le Covid-19 circulent sur les réseaux sociaux. Ils n’en sont pas vrais pour autant.

FAKE OFF

Le tableau renvoie au site Eudravigilance de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui répertorie les effets indésirables des différents vaccins détectés dans toute l’Europe. Une fois sur ce site, il suffit de se rendre à la lettre C pour obtenir les informations sur les effets secondaires enregistrés pour les vaccins contre le Covid-19.

Or le tableau qui circule sur les réseaux sociaux « est introuvable sur notre site Web. Ces informations n’ont pas été créées par l’EMA et détournent notre logo et l’emblème européen », a indiqué l’Agence européenne des médicaments à 20 Minutes.

L’internaute auteur du tableau le précise d’ailleurs : « Il faut récupérer les données [des effets secondaires enregistrés] sur le site Eudravigilange… Il faut ensuite les additionner et utiliser un tableur pour les restituer sous cette forme publiée… ! »

Eudravigilance répertorie les événements enregistrés après la vaccination dans plusieurs catégories : troubles sanguins ou cardiaques, troubles du système nerveux, infections… Dans un certain nombre de cas, l’événement a été « fatal », comme le précise la base de données sous l’onglet « Nombre de cas individuels par groupe d’âge et sexe » (en anglais).

Or, sur son site, l’Agence européenne du médicament précise que « les cas signalés concernent des effets secondaires suspectés, c’est-à-dire des événements médicaux qui ont été observés après la vaccination, mais qui ne sont pas nécessairement liés ou causés par le vaccin. »

Comme l’expliquait il y a quelques mois à 20 Minutes Francesco Salvo, coordinateur de l’enquête de sécurité sur le vaccin Pfizer en France, ce type de données constitue la pharmacovigilance. Ces bases « permettent aux professionnels de santé – qu’ils soient médecins ou pharmacologues – et aux patients de notifier un effet indésirable potentiellement lié à la prise d’un médicament, en l’occurrence ici d’un vaccin contre le Covid-19 ». « Les décès rapportés dans cette base sont des décès survenus après une vaccination et qui nécessitent, d’après les professionnels de santé, une analyse détaillée », poursuivait Francesco Salvo. Mais cela ne signifie « absolument pas » que les décès sont un effet secondaire du vaccin.