Notre-Dame de Paris : En Mayenne, le sciage de huit chênes exceptionnels destinés à la flèche a débuté

RECONSTRUCTION Ces arbres de plus d’un mètre de diamètre sont destinés à la réalisation de pièces exceptionnelles pour le tabouret de la flèche

20 Minutes avec AFP
— 
Le sciage des chênes a démarré à la scierie des Géants (Mayenne)
Le sciage des chênes a démarré à la scierie des Géants (Mayenne) — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Le sciage de huit chênes de dimension exceptionnelle a commencé ce jeudi à la scierie des Géants, en Mayenne.
  • Ils seront utilisés pour la reconstruction de la flêche de Notre-Dame de Paris, dont l’ossature est entièrement en bois de chêne massif.

C’est un événement à la scierie des Géants en Mayenne. Le sciage de huit chênes de dimension exceptionnelle, destinés à la flèche de  Notre-Dame de Paris, a débuté ce jeudi. « C’est une aventure extraordinaire que cette reconstruction de Notre-Dame de Paris », a déclaré le général Jean-Louis Georgelin, président de l’Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale  Notre-Dame de Paris, qui a salué « l’extraordinaire mouvement de solidarité qui ne retombe pas ».

Issus de la forêt domaniale de Bercé (Sarthe), ces huit chênes de plus d’un mètre de diamètre et de plus de vingt mètres de grume utile d’une courbure spécifique sont destinés à la réalisation de pièces exceptionnelles pour le tabouret de la flèche. « On est très fiers de participer à la reconstruction de la cathédrale de Notre-Dame », a confié Mickaël Renaud, patron de la scierie des Géants à Craon. « Mon entreprise est créée depuis deux ans, je n’aurais jamais imaginé ça. Travailler des bois de cette longueur-là qui viennent de la forêt de Bercé, plantés sous Colbert, c’est une fierté. »

Montés sur le chantier en 2023

Les bois débités doivent ensuite être acheminés dans des centres de stockage aménagés par l’établissement public, pour y être triés et poursuivre leur séchage. Mi-2022, ils seront transportés vers les ateliers des charpentiers pour être assemblés à blanc avant d’être montés sur le chantier en 2023. « Et ensuite, on assistera à la montée de la flèche dans le ciel de l’Ile-de-France », a lancé le général Georgelin.

La restitution de la flèche de Viollet-le-Duc, dont l’ossature est entièrement en bois de chêne massif, et des charpentes du transept et de ses travées adjacentes nécessite environ un millier de chênes, issus pour moitié de forêts publiques, pour moitié de près de 150 forêts privées.

Quarante-cinq scieries partout en France assurent le sciage des 1.000 chênes. « Dans un an, nous récolterons encore 1.000 autres chênes pour refaire la charpente de la nef et du chœur », a ajouté Jean-Louis Georgelin.