Quelle est l’offre la plus avantageuse sur Paris-Lyon entre un TGV et son nouveau concurrent Trenitalia ?

TRAINS Trenitalia lancera samedi sa ligne à grande vitesse entre Paris et Lyon, avec pour destination finale Milan. L’occasion de comparer son offre avec celle de la SNCF

Caroline Girardon
L'opérateur italien va venir concurrencer le TGV Paris-Lyon en lançant samedi sa ligne Paris-Milan via Lyon.
L'opérateur italien va venir concurrencer le TGV Paris-Lyon en lançant samedi sa ligne Paris-Milan via Lyon. — M. Allili/ Sipa
  • La SNCF doit-elle s’inquiéter ? Samedi, l’opérateur italien va lancer son TGV Paris-Lyon-Milan à des prix bien plus avantageux.
  • Les tarifs, qui peuvent grimper en fonction de la demande, débutent à 23 euros mais restent globalement bien inférieurs à ceux de la SNCF.
  • Par contre, il ne faudra compter pour l’instant que sur deux allers-retours quotidiens entre Lyon et Paris.

C’est une première dans l’histoire. La SNCF n’aura bientôt plus le monopole des lignes à grande vitesse. Samedi, l'opérateur italien Trenitalia lancera sa propre ligne de TGV Paris-Milan avec une escale prévue à Lyon. Ses trains baptisés Frecciarossa (Flèche Rouge), viendront concurrencer directement ceux de l’entreprise française sur l’axe Paris-Lyon, la ligne la plus ancienne, la plus fréquentée… mais aussi la plus rentable.

La SNCF doit-elle déjà s’inquiéter ? A-t-elle le plus à perdre dans l’histoire ? Les voyageurs auront désormais l’embarras du choix. Voici quelques éléments de comparaison pour savoir quelle entreprise présente l’offre la plus intéressante.

Les tarifs

A ce niveau-là, la balance penche clairement du côté de Trenitalia, proposant des tarifs bien plus avantageux sur le papier. Les prix de départ se situent à 23 euros. Mais attention, ils peuvent grimper assez vite en fonction de la demande.

Nous avons pris pour exemple la journée du 27 décembre avec un aller simple Lyon-Paris pour un adulte âgé de 26 à 59 ans. La compagnie italienne affiche un billet à 45 euros au départ de la Part-Dieu à 11h28 alors que la SNCF ne dispose plus que de places en 1re classe à 137 euros au même horaire. Sinon, il faut se reporter sur le train de 13h04 pour lequel les places sont vendues à 97 euros. Soit le double de l’offre italienne. Le meilleur tarif, proposé par la SNCF ce jour-là est à 56 euros sur un Ouigo. Mais, encore faut-il se lever tôt car le départ du train en question est prévu pour 5h34.

Même exercice de simulation dans le sens Paris-Lyon, cette fois. Trenitalia affiche un premier train à 7h26 au départ de la gare de Lyon pour 35 euros. Imbattable. En face, la SNCF propose à la même heure des places à… 83 euros. Pour espérer un billet français moins cher, il faut se reporter sur les trains de 5h51 (56 euros), 6h30 (49 euros via Ouigo) ou 6h43 (64 euros).

Les fréquences

Avantage cette fois à la SNCF qui propose actuellement 24 trains par jour (en moyenne un par heure) contre 2 allers-retours quotidiens pour l’opérateur italien. Celui-ci espère monter en puissance et ambitionne, pour cela, de rajouter 3 nouveaux créneaux par jour sur la ligne Paris-Lyon « d’ici la fin du premier semestre 2022 », annonce Robert Rinaudo le PDG de Trenitalia dans les colonnes du Parisien.

En attendant, l’opérateur transalpin affiche deux trains le matin : 7h26 au départ de Paris et 6h25 de Milan, et deux l’après-midi : 15h18 au départ de Paris et 15h53 de Milan.

Les services

L’opérateur transalpin dispose d’une flotte récente datant de 2014 même si la SNCF a entrepris depuis plusieurs années de renouveler ses rames. Les Italiens espèrent se démarquer en proposant une gamme différente : des voitures « silenzio » aussi bien en classe affaires que standard pour pouvoir dormir, travailler ou lire en silence. Ce qui manque dans les wagons français de la classe standard, où les voyageurs sont parfois obligés de supporter les vidéos de leurs voisins n’ayant toujours pas compris l’intérêt de mettre des écouteurs ou les pleurs des enfants fatigués.

Pour éviter tout désagrément, les Italiens déclinent des voitures « allegro » adaptées aux familles. Aussi bien en classe standard qu’en classe business (l’équivalent de la première classe). Ce qui n’existe pas en France.

Enfin, les « Flèches » italiennes disposent du Wi-Fi à bord et chaque siège est doté de sa propre prise électrique et USB. Un petit plus par rapport au service SNCF.

Les retards ou les échanges

A la SNCF, le remboursement sans frais en cas d’annulation est possible jusqu’à trois jours avant le départ et jusqu’au jour même pour les professionnels. Les billets de Trenitalia peuvent être modifiés gratuitement jusqu’à une heure après le départ du départ. Mais en cas d’annulation et donc de remboursement, l’opérateur retiendra 20 % de la somme initiale.

Enfin pour ce qui est des indemnisations en cas de « grands retards » [plus de 3 heures], l’entreprise française s’avère la plus avantageuse sur ce plan. Trenitalia rembourse ses voyageurs à hauteur de 50 % au lieu de 75 % pour la SNCF.