Rennes : Les prix de l'immobilier continuent de battre des records (et c’est bien parti pour durer)

LOGEMENT Selon les chiffres dévoilés ce lundi par les notaires, les prix ont grimpé de 9,7 % dans l’ancien et de 4,3 % dans le neuf en un an dans la capitale bretonne

Jérôme Gicquel
— 
Illustration d'un chantier de construction dans le quartier Beauregard à Rennes.
Illustration d'un chantier de construction dans le quartier Beauregard à Rennes. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • A Rennes, ville dynamique économiquement et démographiquement, le marché de l’immobilier explose depuis quelques années.
  • Dans l’ancien ou le neuf, les prix battent chaque année des records avec une croissance souvent à deux chiffres.
  • Les notaires estiment que cette flambée des prix ne va pas s’estomper de sitôt.

A Rennes, le marché de l’immobilier a longtemps été ronronnant. Mais depuis 2015, c’est une véritable frénésie qui s’est emparée de la capitale bretonne, qui profite à plein de son dynamisme économique et démographique et de l’effet LGV. Si les besoins en logements sont énormes, l’offre a par contre du mal à suivre malgré la livraison chaque année de 1.500 logements. « Le marché est tendu effectivement en raison de la rareté des biens », souligne Damien Gueguen, notaire à Rennes. Avec peu d’offres et une demande toujours croissante,  les prix augmentent mécaniquement. Et le Covid n’a fait qu’accentuer les choses, la région Bretagne et sa capitale attirant toujours plus de nouveaux arrivants.

Pour les appartements anciens, le prix médian au m² bat ainsi des records (3.460 euros le m²), avec une hausse de 13,1 % entre le 1er septembre 2020 et le 31 août 2021, selon les chiffres dévoilés ce lundi par la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine. Tous les quartiers sont concernés par cette croissance à deux chiffres comme le centre-ville (+12,7 %), le secteur de Beaulieu-Baud Chardonnet (+19,1 %) ou Sud Gare (+12,7 %). « Même dans les quartiers sont les plus abordables comme Bréquigny ou Le Blosne, on ressent aussi cette hausse », indique Damien Gueguen.

Un taux de rentabilité qui attire les investisseurs

Pour les appartements neufs, la hausse est un peu plus mesurée (+4,3 %) mais le prix médian au m² avoisine désormais les 5.000 euros (4.870 euros). Il y a trois semaines, le Laboratoire de l’Immobilier évoquait déjà dans son baromètre cette flambée des prix dans la capitale bretonne avec un prix moyen du m² qui s’élève à 5.055 euros, soit une hausse de 9,7 % sur un an, la plus forte en France. « Rennes attire beaucoup d’investisseurs car ils savent qu’il y a ici un taux de rentabilité exceptionnel », précise Marie-Aude de Bodman.

Notaire au Rheu près de Rennes, elle constate aussi une envolée des prix dans toute la métropole, que l’on soit en première ou deuxième couronne. Pour un appartement ancien, le prix médian au m² a ainsi augmenté de 18,5 % à Saint-Jacques-de-la-Lande, de 15,3 % à Chantepie ou de 11,9 % à Pacé.

Dans ce contexte, les acheteurs se demandent maintenant si cette hausse va continuer et jusqu’où les prix vont s’envoler. Difficile à prévoir tant le marché immobilier peut être fluctuant, surtout avec l’élection présidentielle qui se profile. Mais les notaires rennais penchent plutôt pour une poursuite de cette flambée. « La hausse sera peut-être plus mesurée l’an prochain mais en tout cas, il n’y a aucun signe annonciateur d’une baisse des prix », assure Damien Gueguen.