Pass sanitaire à Orléans : Le QR code exigé pour une distribution de colis alimentaires à des étudiants ?

FAKE OFF Plusieurs internautes dénoncent l'arrêté pris par la présidence de l'université

Maïwenn Furic
— 
Une opération de distribution de colis alimentaires à Paris en février 2021 (illustration)
Une opération de distribution de colis alimentaires à Paris en février 2021 (illustration) — JEANNE ACCORSINI/SIPA
  • Le pass sanitaire exigé lors d’une distribution d’aide alimentaire à des étudiants à Orléans ? C’est le scandale que dénoncent de nombreux internautes depuis samedi 11 décembre sur les réseaux sociaux.
  • Le président de l’université a bien pris un arrêté obligeant les bénévoles de l’association organisatrice à contrôler les QR code. Mais il a depuis plaidé une « confusion ».
  • Que dit la loi ? 20 Minutes fait le point.

Les restaurants, les cinémas, les transports, les espaces de loisirs… et désormais les distributions de colis alimentaire ? Depuis ce week-end, de nombreux internautes dénoncent les conditions de contrôle du pass sanitaire lors d’une opération de solidarité à Orléans : « Incroyable. La présidence de l’Université d’Orléans fait exiger le pass sanitaire pour pouvoir accéder à la distribution alimentaire d’urgence organisée ce jour. » Selon le site d'actualité locale Politica-Mag, le président de l’université a pris un arrêté en ce sens en début de semaine dernière.

Selon plusieurs internautes, la présidence de l'université d'Orléans aurait exigé le pass sanitaire lors d'une distribution alimentaire d'urgence.
Selon plusieurs internautes, la présidence de l'université d'Orléans aurait exigé le pass sanitaire lors d'une distribution alimentaire d'urgence. - Capture d'écran

La distribution, organisée par l’association Orléans soutient les étudiant·e·s du Monde, se tenait dans l’une des allées couvertes de l’université. Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le nombre de jeunes à faire la queue aux distributions d’aide alimentaire n’a cessé d’augmenter. L’association a dénombré près de 300 étudiants venus chercher des denrées de première nécessité ce samedi.

FAKE OFF

Il est illégal de soumettre l’accès à une distribution de colis alimentaires à la présentation d’un pass sanitaire. « Nous n’avons pas compris cet arrêté puisque les distributions alimentaires aux publics précaires sont exemptées par décret », témoigne Lucile Mollet, la présidente de l’association, auprès de 20 Minutes.

En effet, le décret du 1er juin 2021 exclut, parmi les secteurs concernés par l’obligation du QR code, « la restauration non commerciale, notamment la distribution gratuite de repas ». Et d’un point de vue juridique, l’autorité supérieure prévaut, c’est-à-dire que la décision du gouvernement l’emporte sur celle de la présidence de l’université d’Orléans. De manière générale, un décret prime toujours sur un arrêté, précise la direction de l’information légale et administrative du gouvernement.

La décision de la présidence a semblé d’autant plus illogique aux étudiants que la distribution avait lieu en extérieur. Des internautes ont d’ailleurs dénoncé l’absurdité de la mesure : « On peut aller s’entasser dans des salles de cours fermées sans pass sanitaire, mais pas aller chercher de quoi se nourrir, en extérieur ? »

La présidente de l’association a confirmé à 20 Minutes qu’il s’agissait de la première fois qu’une telle décision était prise, alors que des distributions ont lieu chaque mois depuis le début de l’épidémie. « Nous avons dû, contraints par l’arrêté, contrôler les pass sanitaires, mais les étudiants sans pass se sont vus remettre un colis de denrées de produits d’alimentation et d’hygiène comme les autres. » Et Lucile Mollet de conclure : « Nous espérons que cela soit annulé rapidement. »

Contactée par 20 Minutes, l’université d’Orléans n’a répondu à nos sollicitations avant la publication de notre article. Eric Blond, le président, a cependant plaidé une erreur auprès de nos confrères de France 3 Centre-Val-de-Loire : « On a eu un arrêté préfectoral qui impose le port du masque dans les files d’attente, et d’autres qui demandent le pass sanitaire pour les personnes extérieures. On a fait une confusion, sans tenir compte de la dérogation pour les distributions alimentaires. » La préfecture du Loiret a affirmé à 20 Minutes avoir « pris attache avec l'université en expliquant ce qu'il était possible de faire et ce qui ne l'était pas ».