Lyon : « Ni un appel au boycott, ni une interdiction », Grégory Doucet précise ses propos sur le foie gras

REACTION Le maire de Lyon a publié une tribune dans le « JDD » ce dimanche

Caroline Girardon
— 
(FILES) In this file photo taken on November 16, 2017 foie gras toasts are pictured during a pro-foie gras demonstration by activists from the farmers' union "Coordination rurale" in Agen, southwestern France. (Photo by NICOLAS TUCAT / AFP)
(FILES) In this file photo taken on November 16, 2017 foie gras toasts are pictured during a pro-foie gras demonstration by activists from the farmers' union "Coordination rurale" in Agen, southwestern France. (Photo by NICOLAS TUCAT / AFP) — AFP

« Ni un appel au boycott ni une mesure d’interdiction ». Grégory Doucet a tenu à éteindre la polémique allumée à la suite de ses propos sur  le foie gras, banni des événements officiels depuis 2020. Dans une tribune  publiée ce dimanche dans le JDD, le maire écologiste de Lyon tient à rassurer la profession. Notamment  les restaurateurs prompts à défendre la filière d’un « patrimoine culinaire et gastronomique ».

En indiquant qu’il voulait « élargir le dialogue » afin que cette initiative «puisse être suivie dans les restaurants », Grégory Doucet s’est mis une partie de la profession à dos. Beaucoup y voient le signe d’une ingérence. Une privation de libertés. Et un appel au boycott.

« Aucun reproche n’est fait à la composition des menus »

« Aucun reproche n’est fait à la composition des menus des uns comme des autres, répond d’emblée l’élu. Une bonne table passe par de bons produits. Leur liberté totale ne fait pas de débat. » Mais, insiste le maire de Lyon, « la question de la commande publique ne doit pas être confondue avec celle des repas de fête, au sein du foyer comme du restaurant. »

« Nous nous sommes engagés dans nos mandats à valoriser des productions locales, qui prennent en compte la question du bien-être animal, une juste rémunération pour les producteurs, un faible impact écologique (et) le respect de la terre, poursuit Grégory Doucet. Comme 80 % des Français [selon un sondage Ifop de janvier 2021], nous souhaitons voir émerger d’autres modèles que celui de l’agriculture industrielle et de l’élevage intensif, la banalisation ou l’intensification du gavage des oies à la chaîne. »

« Les choix des collectivités participent de l’évolution des pratiques, et c’est heureux ! », conclut-il. La ville de Lyon n’est pas la seule à avoir banni le foie gras de ses événements officiels. Les municipalités écologistes de Strasbourg et de Grenoble ont fait de mêmes.