Marseille : La mairie dénonce la décision d’enfouir le site antique de la Corderie

VESTIGES Trois options étaient sur la table : l’enfouissement simple du site, la création d’un toit couvrant, ou la réalisation d’un dallage de verre, avec mise en lumière, l’Etat a tranché

Alexandre Vella
— 
La carrière antique de la corderie, dans son état actuel, en septembre 2021
La carrière antique de la corderie, dans son état actuel, en septembre 2021 — Alexandre Vella / 20 Minutes

Ce fut un des combats fondateurs du Printemps marseillais, aujourd’hui aux manettes de la ville. La carrière antique de la Corderie, située dans le 7e arrondissement, mise au jour en 2017 à la faveur de la construction d’un immeuble et d’où sont sorties les premières pierres qui ont fait   Marseille va être réenfouie, a décidé l’Etat. Cette décision, pressentie, a été notifiée par courrier le 3 décembre dernier et motivée par la protection du site actuellement exposé aux éléments, a fait vivement réagir la municipalité.

« A l’heure où les Marseillaises et les Marseillais se réapproprient leur ville, leurs espaces publics et leur patrimoine, l’État leur explique ici froidement que leur histoire, leur destin, ne leur appartient pas », a réagi   Benoît Payan, le maire, dans un communiqué.

Lorsqu’il l’avait classé monument historique en 2018, le ministère de la Culture s'était pourtant à cette occasion engagé en faveur de « la conservation du site [qui devait] s’accompagner de sa mise en valeur grâce à des aménagements spécifiques permettant sa visibilité ».

La Ville indique, de son côté, toujours vouloir tenir ses engagements : la valorisation de la découverte dans les collections du Musée d’Histoire et la création d’un dispositif de médiation dans le jardin attenant.

Pour rappel, trois options étaient sur la table : l’enfouissement simple du site, la création d’un toit couvrant, ou la réalisation d’un dallage de verre, avec mise en lumière. On « enfouit une partie de la mémoire de Marseille », dénonce Benoît Payan.