Nantes : Face aux violences sexuelles dans le sport, des lycéens apprennent les comportements à adopter

PRÉVENTION Des lycéens de sections sportives ont suivi un atelier de prévention des violences sexuelles. Un moment d’échanges synonyme de prise de conscience chez ces sportifs en devenir

Pierre-Alexandre Aubry
— 
Les violences sexuelles dans le sport étaient au cœur des échanges dans les classes d'un lycée de Nantes.
Les violences sexuelles dans le sport étaient au cœur des échanges dans les classes d'un lycée de Nantes. — L. Bonaventure/AFP
  • Au lycée de La Colinière, 151 élèves sportifs travaillent en horaires aménagés.
  • Ces élèves ont suivi des ateliers autour de la prévention des violences sexuelles dans le sport, sous l’impulsion de la Team Elles.
  • Des ateliers qui interviennent en pleine affaire Pinot-Schmitt.

C’est un atelier tout particulier auquel ont participé plus de 150 élèves du lycée La Colinière, à Nantes. Ce mardi matin, les adolescents de la section sportive judo de l’établissement ne sortent pas cahiers et crayons. Ni même le kimono. Avec une intervenante spécialisée, ils vont aborder pendant 1h30 la question des violences sexuelles dans le sport. C’est Luna N’haoua-Jamet, représentante du Team Elles, équipe féminine de cyclisme dans les Pays de la Loire, qui intervient.

« Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec ce qu’on va se dire, n’hésitez pas à m’en faire part ». Le ton est donné. Il faut dire que le sujet est loin d’être anodin : un sportif sur sept serait victime de violences sexuelles avant 18 ans en Europe, d’après une étude de 2015. « C’est un sujet extrêmement tabou, mais toutes les disciplines sont malheureusement concernées », indique l’intervenante auprès des lycéens sportifs. « On n’est pas confrontés au sujet mais on en entend beaucoup parler », explique un élève, en référence à l'affaire Pinot-Schmitt, où Alain Schmitt est accusé de violences conjugales sur la championne olympique Margaux Pinot. Une affaire « grave et choquante », d’après les lycéens.

A Nantes, les élèves des sections sportives d'un lycée ont suivi un atelier de prévention des violences sexuelles dans le sport.
A Nantes, les élèves des sections sportives d'un lycée ont suivi un atelier de prévention des violences sexuelles dans le sport. - P-A. Aubry/20 Minutes

Durant cet atelier, toutes les thématiques autour des violences sexuelles dans le sport sont abordées : de la domination entre l’entraîneur et l’entraîné au bizutage. « Et aussi en tant que témoin d’une violence sexuelle, pour quelles raisons ça peut être difficile de parler ? », demande Luna. « Ça peut être risqué pour notre carrière », répond un élève. Un autre évoque « le poids des fédérations ». Une large part est aussi laissée à la notion de consentement. Un scénario est alors abordé entre un entraîneur et sa joueuse, où le coach met une main aux fesses de la sportive lors d’un exercice. « Dans une relation entraîneur/entraîné, vous pouvez dire à n’importe quel moment que vous n’êtes pas d’accord. Quand vous avez un doute, c’est qu’il n’y a pas de doute », martèle l’intervenante.

« Leur rapport au corps est particulier »

Un moment d’échanges qui permet une certaine prise de conscience chez certains, même si le sujet n’est pas interdit dans les conversations de ces lycéens. « J’ai surtout retenu les façons de réagir à certains cas de figure, qu’on ne connaissait pas forcément avant. On comprend mieux aussi pourquoi certains agressés ne parlent pas », explique un des élèves de terminale après l’atelier. Des ateliers menés par le Team Elles et sa chargée d’animation depuis juin dernier, auprès des écoles et des clubs de sport de la région.

« Il faut leur faire comprendre que leur rapport au corps est particulier, et que la barrière entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas est plus fine », conclut Luna N’haoua-Jamet. Les jeunes femmes se sentent plus vulnérables. « Elles m’expliquent les remarques sexistes au sujet de leurs tenues sportives par exemple ». Si les mœurs évoluent, le travail est encore long. A ces sportifs en devenir d’en prendre conscience.