20 Minutes : Actualités et infos en direct
VIOLENCEUn lycée de Mantes-la-Jolie fermé par le personnel après des violences

Yvelines : Tirs de mortiers d’artifice, véhicule incendié… Le personnel d’un lycée de Mantes-la-Jolie le ferme en protestation

VIOLENCELes faits de violence visant le lycée se sont déroulés ce mardi matin
Des tirs de mortiers ont été tirés sur le lycée Jean- Rostand de Mantes-la-Jolie (illustration).
Des tirs de mortiers ont été tirés sur le lycée Jean- Rostand de Mantes-la-Jolie (illustration). -  AFP/Archives
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le personnel du lycée Jean-Rostand de Mantes-la-Jolie (Yvelines) a annoncé, ce mercredi, vouloir exercer son droit de retrait, au lendemain de tirs de mortiers d’artifice ayant visé le lycée et de l’incendie d’un véhicule.

Dans un communiqué, le personnel du lycée évoque « des départs de feu volontaires, des tirs de mortiers (feux d’artifice) dans l’établissement (…) et l’incendie volontaire d’un véhicule pédagogique », entraînant 60 membres du personnel présents à voter pour exercer leur droit de retrait, « pour cause de situation dangereuse imminente ».

Tirs de mortiers et un véhicule incendié

Il n’y a pas eu de blessés ni d’interpellations, selon une source policière. Un tir de mortier aurait également eu lieu mardi matin dans un couloir de l’établissement, selon des témoignages d’enseignants n’ayant pas fait cours, ce mercredi matin, confirmant une information du journal Le Parisien, alors que seuls les élèves en apprentissage étaient autorisés à rejoindre leur cours.

Le personnel demande, dans son communiqué, la création de « quatre postes d’assistants d’éducation pour assurer un encadrement efficient ». « On a dit stop ! », explique Vincent Smith, délégué syndical de SUD-Education, car « on ne peut pas garantir aux familles notre capacité à accueillir leurs enfants dans de bonnes conditions ». Le syndicaliste assure que l’insécurité « monte en flèche », tout en rappelant que seule « une petite minorité d’élèves est responsable ».

Les enseignants reçus par le directeur académique

« Le contexte est anormalement difficile depuis le début d’année », a poursuivi Vincent Smith, dénonçant la suppression d’un poste de conseiller principal d’éducation et le manque de moyens humains et matériels. Une délégation de six enseignants et membres du personnel a été invitée en fin de matinée par le directeur académique des services de l’Education nationale​ des Yvelines. « Nous allons les écouter et voir quelles solutions nous pouvons mettre en place », a indiqué l’inspection académique du département. Cependant « rien ne relève du droit de retrait d’un point de vue réglementaire », a estimé le porte-parole.

Sujets liés