Guadeloupe : Le ministre des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, « en route pour les Antilles »

VISITE MINISTERIELLE La situation a largement dégénéré depuis le début de la grève générale en Guadeloupe le 15 novembre

X.R. avec AFP
— 
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a déclenché une polémique en évoquant plus d'autonomie pour la Guadeloupe.
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a déclenché une polémique en évoquant plus d'autonomie pour la Guadeloupe. — WITT/SIPA

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, se trouve « en route pour les Antilles » où il se rend d’abord en Guadeloupe puis en Martinique, après « un retour notable au calme » dans la nuit de samedi au dimanche, a indiqué son entourage. « Le ministre est actuellement en route pour les Antilles où il approfondira sur place les échanges » des derniers jours, a expliqué une source du ministère qui n’a pas souhaité préciser l’heure d’arrivée « pour des raisons de sécurité ». « Dans les deux territoires de Martinique et de Guadeloupe, un retour notable au calme a eu lieu dans la nuit du samedi au dimanche grâce au travail sans relâche des forces de l'ordre », s’est félicitée cette source.

Les Antilles font face à des violences importantes depuis plusieurs jours, après un appel à la grève générale lancé pour protester contre l’obligation vaccinale des soignants. Mais d’autres revendications, notamment sur la situation économique des îles, sont venues s’ajouter à mesure que les tensions grandissaient. A plusieurs reprises, des tirs à balles réelles ont eu lieu en Guadeloupe et en Martinique, visant des pompiers, des policiers et des journalistes.

Poursuite du « dialogue social »

Face à cette situation, Sébastien Lecornu a provoqué une vive polémique en posant « la question de l’autonomie » de la Guadeloupe. La droite et le Rassemblement national ont fustigé une « République qui cède et recule face à la violence », « moins d’Etat » mais aussi une posture pour « essayer d’acheter les indépendantistes radicaux ». Les élus de Guadeloupe avaient demandé samedi la venue d’une délégation interministérielle au sujet des « compétences de l’Etat » après que le gouvernement a mis sur la table la question de l’autonomie de l’île, secouée comme sa voisine la Martinique par une explosion sociale.

Avant de s’envoler pour les Antilles, Sébastien Lecornu a salué « l’accord de méthode signé cette nuit entre l’Etat, les élus locaux de Martinique et l’intersyndicale qui permettra l’ouverture de discussions sur les principales problématiques du territoire [santé, prix des carburants, jeunesse, transport…] », souligne l’entourage du ministre. « Certaines de ces thématiques concernent l’Etat, d’autres davantage les collectivités territoriales : chacun y prendra sa part », explique cette source qui a pris « note de l’engagement de l’intersyndicale de lever provisoirement les barrages ». « Le dialogue social pour les personnels hospitaliers et les pompiers non vaccinés se poursuivra », ajoute cette source.