« Excusez-moi, on vous a éjaculé dessus »... Les « terroristes du sperme » sévissent en France

AGRESSION SEXUELLE Chaque jour, « 20 Minutes » vous propose des vidéos réalisées par son partenaire Brut 

20 Minutes avec Brut
— 
L'avocate Chloé Rezlan explique les possibilités de condamnation dans ces cas d'agression, Brut.
L'avocate Chloé Rezlan explique les possibilités de condamnation dans ces cas d'agression, Brut. — capture d'écran

Ils sont appelés les « terroristes du sperme » en Corée du Sud. Ce sont ces hommes qui éjaculent sur des femmes non consentantes dans des lieux publics, comme les métros, et ils sévissent aussi en France. Ashley en a fait les frais : un matin, alors qu’elle se rend au travail dans un métro bondé, elle sent des mouvements dans son dos. Quelques minutes plus tard, une femme la prévient : « Excusez-moi, je crois qu’on vous a éjaculé dessus… » Pour la jeune fille, c’est un énorme choc : « Je me suis sentie dégoûtée. Je me suis sentie sale. Je me suis sentie humiliée aussi. Moi, je l’ai ressenti comme une agression sexuelle. »

Sur les réseaux sociaux, de nombreux témoignages évoquent ces pratiques autour desquelles existe un flou juridique. Pour l’avocate Chloé Rezlan, « Il n’y a pas de condamnation à ce jour pour des faits de jets de sperme. » Mais le droit peut quand même punir : « Quand on ne peut pas rattacher à l’agression sexuelle une qualification qui nécessite un contact entre la victime et son agresseur, le juge va quand même être en capacité d’aller chercher d’autres qualifications dans le code, comme l’outrage sexuel ou sexiste, qui est le fait d’imposer un propos ou un comportement à une victime non consentante. » Ashley témoigne dans la vidéo de notre partenaire Brut.