Coronavirus : Gare à cette citation hors contexte de Jacques Attali sur les vaccins

FAKE OFF Une phrase écrite par Jacques Attali en novembre 2020 est aujourd'hui sortie de son contexte, laissant penser que l'économiste reconnaît la dangerosité des vaccins contre le Covid-19 

A.O.
— 
Jacques Attali au 102e congrès des maires de France, en 2019 (illustration).
Jacques Attali au 102e congrès des maires de France, en 2019 (illustration). — Lionel GUERICOLAS /MPP/SIPA
  • Convaincus de la dangerosité des vaccins contre le Covid-19, certains internautes relaient depuis quelques jours une même citation de Jacques Attali. 
  • L'économiste aurait déclaré : « On pourrait découvrir que les vaccins contre l’actuelle pandémie ont été autorisés trop tôt, sous pression politique, et qu’ils ont des effets secondaires désastreux. »
  • Si Jacques Attali a bien écrit cette phrase en novembre 2020, il l'avait fait en envisageant un scénario optimiste et un scénario négatif pour l'année 2021. Il se félicite depuis que ce dernier se soit révélé « erroné ».

Jacques Attali a encore frappé. Du moins si l'on en croit les internautes qui attribuent une (énième) citation prophétique à l'économiste, écrivain et ancien conseiller de François Mitterrand.

« INCROYABLE ! JACQUES ATTALI DÉCLARE : "On pourrait découvrir que les vaccins contre l’actuelle pandémie ont été autorisés trop tôt, sous pression politique, et qu’ils ont des effets secondaires désastreux"... », s'emballent ainsi de nombreuses publications relayées sur les réseaux sociaux.

Mais si Jacques Attali a bien tenu ces propos, ils sont sortis de leur contexte... et laissent penser à tort, en pleine recrudescence de l'épidémie de Covid-19, qu'un tel constat sur l'inefficacité des vaccins a été établi récemment. Une idée rendue d'autant plus crédible, chez certains, par les rares risques de myocardites chez les moins de 30 ans ayant reçu une injection de Moderna, récemment reconnus par la Haute autorité de santé. 

FAKE OFF

L'économiste a en réalité écrit cette phrase il y a tout juste un an, fin novembre 2020, dans une publication LinkedIn intitulée « Que peut-on espérer de 2021 ?».

Il s'y prêtait au jeu des prévisions sur l'année à venir, en reconnaissant d'emblée la difficulté de l'exercice : « Il n’était pas facile, en novembre 2019, de prévoir l’année 2020. Et tous ceux qui s’y sont risqués, ont rarement évoqué les risques d’une pandémie, qui, en un an, contaminerait plus de 55 millions de personnes, tuerait plus de 1,5 millions de personnes, provoquerait la pire crise économique de l’histoire humaine ». 

Au moment d'évoquer l'année 2021, Jacques Attali envisageait alors deux scénarios, l'un optimiste, l'autre pessimiste. Dans le premier cas, l'ancien conseillait espérait : « Si les vaccins se révèlent efficaces et sans contrindications, cette pandémie pourra être derrière nous au plus tard à la fin de l’été prochain, redonnant un formidable optimisme à l’humanité toute entière. »  Dans le second, il ptait pour une nouvelle série de crises : « Bien sûr, les dangers qui pèsent sur 2021 restent gigantesques : on pourrait découvrir que les vaccins contre l’actuelle pandémie ont été autorisés trop tôt, sous pression politique, et qu’ils ont des effets secondaires désastreux, ce qui conduirait à interrompre leur usage, et ramènerait le monde à l’obligation du confinement, pour des années encore. » 

« Ce scénario pessimiste ne s'est heureusement pas matérialisé »

La citation reprise aujourd'hui, sans préciser son origine, laisse ainsi penser, à tort, que Jacques Attali vient de reconnaître la plausibilité de cette hypothèse catastrophe. Ce que l'intéressé conteste formellement auprès de 20 Minutes : « Ce scénario pessimiste ne s’est heureusement pas matérialisé. Il est donc devenu erroné. »