Bretagne : Patron disparu, radiation… Une auto-école abandonne 250 élèves mais continue d’encaisser l’argent

ARNAQUE A Saint-Brieuc et Saint-Malo, les élèves de l’école Enjoy Conduite ont vu le gérant disparaître

Camille Allain
— 
L'auto-école Enjoy Conduite, installée à Saint-Brieuc et Saint-Malo, a subitement fermé ses portes, au grand désarroi de ses élèves.
L'auto-école Enjoy Conduite, installée à Saint-Brieuc et Saint-Malo, a subitement fermé ses portes, au grand désarroi de ses élèves. — Google Maps / Street View
  • Privée de son agrément par la préfecture, l'auto-école Enjoy Conduite de Saint-Brieuc et Saint-Malo a continué de donner des cours et d'encaisser les paiements.
  • Un collectif de victimes s'est monté et a déjà réuni plus de 250 demandes d'élèves victimes de la même arnaque.
  • Certains s'inquiètent que leurs heures déjà effectuées ou leur permis soient annulés.

Il devait commencer ses séances de conduite en août. A force d’insister, il a réussi à en glaner deux. Une en septembre et une début novembre. Lors de son dernier rendez-vous, David Kerleau a bien attendu qu’un moniteur se pointe. Personne n’est jamais venu. Cette situation vécue par ce trentenaire résidant à Saint-Malo est loin d’être isolée. Depuis qu’il a monté un collectif de défense des clients de l’auto-école Enjoy Conduite, le Malouin est submergé de messages de personnes ayant vécu la même mésaventure. « On a déjà plus de 250 personnes qui nous ont contactées pour nous dire qu’ils avaient subi la même chose », explique David Kerleau.

Installée à Saint-Malo mais aussi à Saint-Brieuc et Saint-Gilles, près de Rennes, l’auto-école Enjoy Conduite a été radiée par le tribunal administratif de Rennes. Jusqu'à fin 2020, elle s'affichait sous la franchise «Permis pas cher» mais l'enseigne avait mis fin au contrat de licence de marque. Après sa radiation par le tribunal, l'auto-école a logiquement perdu son agrément auprès de la préfecture. Ce qui ne l’a pas empêchée de continuer à exercer, en toute illégalité, mais aussi de continuer à encaisser l’argent de clients qui ignoraient tout de la situation. « Une ancienne collègue m’avait dit de me méfier du gérant. Mais quand j’ai préparé mon code là-bas, tout s’était bien passé. Le gérant était très gentil, poli, j’étais loin de penser ce qui allait se passer », reconnaît David Kerleau.

Des permis obtenus mais invalidés ?

Les conséquences de cette arnaque sont colossales pour les victimes. D’abord sur le plan financier, le préjudice moyen oscillant entre 900 et 1.000 euros pour chaque élève, soit plus de 200.000 euros au total. Mais aussi sur le plan administratif. Depuis la radiation de l’auto-école, les heures de conduite pourront-elles être validées ? Ceux qui ont passé leur permis dans cette période pourront-ils le conserver ? La préfecture aurait déjà signalé l’impossibilité de remettre le précieux document à plusieurs élèves. « Alors qu’on y est pour rien. C’est dur ».

Pour d’autres, la question cruciale de l’obtention du permis de conduire est même en suspend. Financé à 80 % par Pôle emploi dans le cadre de son projet de reconversion professionnelle, le permis de conduire de David Kerleau pourra-t-il être de nouveau accompagné ? Les deux collectifs créés par des victimes de Saint-Brieuc et Saint-Malo ont fusionné et ont fait appel aux conseils d’un avocat. Les victimes doivent désormais réunir des pièces afin de tenter de prouver leur préjudice.