Guadeloupe : Jean Castex « condamne avec la plus extrême fermeté » les violences et « appelle au calme »

MOUVEMENT SOCIAL Jean Castex a également annoncé la création d’une « instance de dialogue » afin de « d’accompagner individuellement » les professionnels concernés par l’obligation vaccinale

M.P. avec AFP
— 
Guadeloupe: Jean Castex condamne fermement les violences urbaines — 20 Minutes

« La situation que connaît la Guadeloupe depuis quelques jours est d’une particulière gravité », c’est une « crise très explosive », a déclaré, ce lundi soir, le Premier ministre, à l’issue d’une réunion avec des élus du territoire d’outre-mer. Une réunion en visio, cas contact au Covid-19 oblige. Et dans la foulée, Jean Castex, finalement testé positif au Covid-19, a « condamné avec la plus extrême fermeté » les violences qui ont éclaté depuis le week-end dernier en Guadeloupe, sur fond de contestation de l’obligation vaccinale et de crise sociale, et a appelé « au calme ».

La Guadeloupe, qui connaît un fort taux de chômage qui atteint 35 % chez les jeunes et frappée de plein fouet par l’épidémie du Covid-19, est en effet secouée depuis une semaine par un mouvement, ayant pour origine la contestation de l’obligation vaccinale des soignants, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences dans la nuit de jeudi à vendredi, quand ont débuté des violences et des pillages.

« Comprendre nos concitoyens qui s’interrogent de bonne foi »

« L’exigence de fermeté doit aussi s’accompagner d’un dialogue nécessaire pour entendre et comprendre nos concitoyens qui s’interrogent de bonne foi », a poursuivi le chef du gouvernement. Il a annoncé la création d’une « instance de dialogue » afin de « convaincre et d’accompagner individuellement, humainement » les professionnels concernés par l’obligation vaccinale, à l’issue d’une réunion avec les élus de l’île antillaise. 

« Une mission du ministère de l’Intérieur sera à pied d’œuvre sur place dès demain pour examiner avec eux les voies et moyens pour permettre les conditions de déploiement de l’obligation vaccinale et discuter aussi des sujets propres au fonctionnement du service départemental d’incendie et de secours de Guadeloupe », a fait savoir le chef du gouvernement, alors que les pompiers font partie des forces vives de la contestation.

Depuis l’été, le taux de vaccination a progressé en Guadeloupe, avec désormais un taux de près de 90 % des soignants vaccinés, et approchant 50 % dans la population générale – loin toutefois des plus de 75 % de vaccinés en métropole.