Quads, drones, 4x4 et technologie de pointe pour empêcher les migrants de traverser la Manche

IMMIGRATION Le ministère de l’Intérieur vient d’annoncer de nouvelles acquisitions de moyens matériels pour lutter contre les tentatives de traversées de la Manche par des migrants souhaitant rejoindre la Grande-Bretagne

Mikaël Libert
— 
Les migrants ont tenté de traverser la Manche à bord de ce petit canot.
Les migrants ont tenté de traverser la Manche à bord de ce petit canot. — Marine nationale - Gendarmerie maritime
  • Les tentatives de traversées de la Manche par des migrants ne cessent d’augmenter.
  • L’Etat annonce l’acquisition de 11 millions d’euros de matériel et de véhicules pour sécuriser le littoral.
  • Un montant important financé grâce à un accord avec le gouvernement britannique.

Millions d’euros contre petits canots. Ce lundi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé de nouvelles dotations en matériel pour lutter contre les traversées illégales du détroit du Pas-de-Calais par des migrants souhaitant rejoindre l’Angleterre. Le budget de ces acquisitions s’élève à 11 millions d’euros alors que le nombre de traversées n’a jamais été aussi important.

Cela fait quelque temps déjà que les migrants ont renoncé à embarquer clandestinement sur les ferries ou dans les navettes d’Eurotunnel pour tenter de rallier la Grande-Bretagne. Les infrastructures portuaires et le tunnel sous la Manche ont fait l’objet d’investissements massifs pour les rendre étanches à tout passage en dehors des clous. Du coup, les filières de passeurs privilégient désormais les traversées à l’aide d’embarcations de fortune, canots, kayaks et autres semi-rigides. Les résultats sont aléatoires et l’issue est parfois mortelle. Depuis le début de l’année, on décompte déjà sept morts ou disparus. Sur la même période, les services de la préfecture maritime dénombrent 15.400 tentatives de traversée et 3.500 personnes secourues en mer. Des chiffres en constante augmentation.

Une bande de 130 km à sécuriser jour et nuit

Et ce n’est pas faute d’avoir déployé des hommes et du matériel sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais. Conséquence du renforcement de la surveillance des côtes dans ce secteur : les migrants prennent la mer de plus en plus au Sud, depuis la Somme. Il s’agit donc désormais de sécuriser « jour et nuit » une bande littorale de « plus de 130 km, du Dunkerquois à la baie de Somme », explique le ministère de l’Intérieur.

Le gouvernement britannique avait promis, en juillet dernier, de débloquer une aide de 63 millions d’euros sur deux ans pour financer en partie les mesures de lutte contre l’immigration clandestine côté français. C’est dans le cadre de cet accord que 11 millions d’euros ont servi à acheter plus de 100 véhicules « comme des quads, 4 × 4, bateaux de type Zodiac, véhicules dotés de moyens de surveillance et de détection perfectionnés ». Outre les véhicules, l’Etat a aussi fait l’acquisition d’équipements de « vision nocturne, de caméras thermiques, de 160 projecteurs d’éclairage tactique, de moyens d’interception et de communication ». La dotation auprès des forces de sécurité du littoral a commencé et se poursuivra au cours de l’année 2022.