Immigration : Reconduites à la frontière, étrangers en situation irrégulière… Les chiffres approximatifs de Gérald Darmanin

FAKE OFF Le ministre de l'Intérieur a voulu répliquer aux propositions de LR et d'Eric Zemmour dans le cadre de la campagne présidentielle

Maïwenn Furic
— 
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.
Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. — Alfonso Jimenez/Shutterstock/SIPA
  • L’immigration est l'un des principaux thèmes de la pré-campagne électorale. A droite et à l'extrême droite, les candidats rivalisent de propositions radicales.
  • Gérald Darmanin a pour sa part voulu réaffirmer, dimanche, la fermeté du gouvernement en la matière. 
  • Le ministre de l’Intérieur a avancé plusieurs chiffres que 20 Minutes a vérifié.

Opération communication sur la lutte contre l'immigration illégale, dimanche, pour  Gérald Darmanin. Dans une interview au Parisien puis sur son compte Twitter, le ministre de l’Intérieur s’est félicité des performances de la France en la matière, alors que la thématique s’est installée dans le débat pour la  présidentielle de 2022, portée par  Eric Zemmour, Marine Le Pen et les candidats à l'investiture de LR. « Nous arrivons à maîtriser les flux migratoires dans un contexte géopolitique et sanitaire difficile », a salué Gérald Darmanin.

Et le ministre de l'Intérieur de donner une flopée de chiffres sur les reconduites à la frontière en France et en Europe, ainsi que sur les clandestins présents sur le territoire. Des affirmations remises en question sur les réseaux sociaux, certains internautes dénonçant des « mensonges pour aider Macron en campagne pour sa réélection ».

FAKE OFF

Pour vérifier de telles informations, il faut tout d’abord savoir qu’une multitude de données existent sur l’immigration. Chaque pays, chaque structure de recherche ou institut statistiques dispose de ses propres indicateurs et définitions. Nous avons donc observé avant tout les ordres de grandeur.

  • La France expulse-t-elle « trois fois plus de personnes en situation irrégulière que les Anglais, deux fois plus que les Italiens et 50 % de plus que les Espagnols » ?

Le ministère de l’Intérieur s’appuie sur des données d’Eurostat et a transmis à 20 Minutes un tableau comptabilisant, pour les pays de l’UE et certains de ses voisins dont le Royaume-Uni, le nombre de « ressortissants de pays tiers ayant quitté le territoire suite à une obligation de quitter ». Avant d’analyser les chiffres, il est nécessaire de distinguer le départ « suite à une obligation de quitter » le territoire étudiée dans le tableau, qui prévaut pour une personne en situation irrégulière, et l’« expulsion », terme employé par Gérald Darmanin, qui intervient lorsqu’une personne menace l’ordre public.

Dans le document cité par le ministère, il est possible de voir qu’entre 2011 et 2019 la France a, sauf en 2017, connu deux fois plus de départs de personnes en situation irrégulière « suite à une obligation de quitter » que l’Italie. Les départs ont été 30 % plus nombreux en France qu’en Espagne pour les seules années 2018 et 2019. Et pour ce qui concerne le Royaume-Uni, le nombre de ressortissants de pays extérieurs à l’Union européenne ayant quitté le territoire est largement supérieur à la France pour la décennie écoulée.

Si l’on compare les chiffres des retours forcés, c’est-à-dire des expulsions, comme l’a évoqué Gérald Darmanin, la tendance entre la France et la Grande-Bretagne s’inverse. Selon les données du ministère de l'Intérieur et celles du gouvernement britannique, la France expulse effectivement plus que le Royaume-Uni, mais pas trois fois plus, contrairement à ce qu’a déclaré Gérald Darmanin. En 2019, l’Hexagone a comptabilisé 18.906 éloignements forcés, contre 7.192 pour le Royaume-Uni. En 2018, respectivement 15.677 contre 9.236.

  • La Grande-Bretagne compte-t-elle entre 1 et 1,5 million de clandestins, contre 600.000 et 700.000 en France ?

Pour cette affirmation, la place Beauvau explique que le ministre s’appuie sur les statistiques du Pew Research Center publiées en 2019. Selon elles, il y aurait y aurait entre 800.000 et 1,2 millions de clandestins au Royaume-Uni, contre 300.000 à 400.000 en France, selon les chiffres indiqués, qui sont donc différents de ceux avancés par Gérald Darmanin. Son entourage se défend : « Les chiffres varient sur ce point car par définition, il n’existe pas d’estimation précise. En France, l’estimation va de 400.000 à 900.000 […] Le ministre a donc donné une médiane. Il en est de même pour le Royaume-Uni, avec des variations importantes selon les estimations. »

Le ministre de l'Intérieur a basé ses propos sur les chiffres communiqués par le Pew Research Center.
Le ministre de l'Intérieur a basé ses propos sur les chiffres communiqués par le Pew Research Center. - Pew Research Center

Cependant, la tendance est bien celle annoncée : la France accueille moins de personnes en situation irrégulière que les autres pays européens évoqués. « Une explication possible du chiffre plus faible en France que dans d’autres pays est l’existence d’un parcours d’obtention d’un statut légal pour les personnes qui vivent sans autorisation dans le pays depuis plusieurs années et remplissent certains critères », indique le centre de recherche.