Lyon : Un « mois sans ma voiture », l'expérience pointe la difficulté de faire ses courses sans auto

BILAN L'opération, menée dans l'agglomération lyonnaise au mois d'octobre, révèle que les participants sont prêts à utiliser davantage les transports en commun plutôt que la voiture individuelle au quotidien. A quelques exceptions près...

C.G.
— 
Des voitures sur l'autoroute A7 à Lyon, le 4 avril 2015
Des voitures sur l'autoroute A7 à Lyon, le 4 avril 2015 — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK AFP
  • Six foyers volontaires, résidant dans le quartier du Carré de Soie à Vaulx-en-Velin près de Lyon, ont participé à l’opération « Un mois sans ma voiture ».
  • .A l’issue de l’expérience, les participants « souhaitent modifier durablement leurs déplacements »
  • La plupart souligne toutefois « la problématique de faire leurs courses et certains achats sans voiture ».

L’heure du bilan a sonné. L’opération « Un mois sans ma voiture » menée auprès de six foyers volontaires, résidant dans le quartier du Carré de Soie à Vaulx-en-Velin, près de Lyon, a permis de tirer quelques enseignements. A l’issue de l’expérience, les participants « souhaitent modifier durablement leurs déplacements », indique ce lundi le Sytral. Quatre familles envisageraient même de séparer de « leur ou de l’une de leur voiture individuelle », précise-t-il dans un communiqué.

Quelques bémols toutefois. Si les 22 personnes ayant participé à l’expérience, ont majoritairement utilisé les transports en commun au quotidien comme solution alternative de déplacement, la plupart souligne « la problématique de faire leurs courses et certains achats sans voiture ». « L’autopartage et le covoiturage peuvent être des solutions alternatives qui méritent d’être encore plus valorisées », analyse Béatrice Vessiller (EELV), vice-présidente du Sytral.

L’expérience renouvelée en 2022

« La découverte d’avantages liés à l’usage de nouveaux modes a fait doubler les déplacements pour la majorité des familles qui ont trouvé plus de facilité à se déplacer qu’en voiture, en pointant notamment des bénéfices tels que le gain de temps ou encore la réduction du stress », se félicite l’élue écologiste.

Les ménages qui participaient à l’expérience, disposaient d’un kit mobilité leur permettant d’accéder gratuitement à toutes les offres de transports alternatives : vélos, trottinettes, TCL, autopartage et covoiturage. Un avantage non négligeable. Tous, sans exception, ont eu recours aux transports en commun. Mais peu visiblement aux autres modes de déplacement. Enfin, les « deux-tiers » des participants ont indiqué souhaiter pérenniser leur abonnement TCL.

Au regard « des résultats encourageants », et convaincus « des marges de progression possibles », les élus du Sytral ont indiqué qu’ils entendaient renouveler l’expérience « sur un autre territoire » en 2022.