Martinique : Un mouvement de grève générale débute ce lundi

CRISE SOCIALE Les 17 syndicats signataires du préavis de grève demandent notamment la fin de l’obligation vaccinale pour les soignants et la hausse des salaires et des minima sociaux

20 Minutes avec AFP
— 
A Fort-de-France en Martinique (illustration).
A Fort-de-France en Martinique (illustration). — Thomas THURAR / AFP

Alors que l’exécutif fait face à une contestation sociale particulièrement virulente en Guadeloupe, un deuxième front va s’ouvrir dans les Antilles. Un appel à la grève générale a en effet été lancé en Martinique, à partir de ce lundi.

Signé par 17 syndicats, le préavis de grève, déposé le 15 novembre, détaille dix points de revendications, parmi lesquels la fin de l’obligation vaccinale et des suspensions pour les soignants, mais aussi la hausse des salaires et des minima sociaux. Outre le prix des carburants et du gaz, sur cette liste figure aussi la prise en charge totale des tests de chlordéconémie, maladie liée à la chlordécone, ce pesticide largement utilisé dans les champs de banane entre 1972 et 1993, et suspecté d’être responsable de nombreuses maladies comme le cancer de la prostate​.

La Raffinerie des Antilles se rallie au mouvement

D’autres corporations ont d’ores et déjà annoncé qu’elles suivraient également le mouvement, comme à la SARA (Société Anonyme de la Raffinerie des Antilles), ou au centre pénitentiaire de Ducos, où quelques agents pourraient entrer en grève. Si l’intersyndicale donne rendez-vous à la population à la maison des syndicats le matin, elle reste très floue sur les actions qui pourraient être menées, mais sur les réseaux sociaux, plusieurs messages évoquent des blocages sur les routes, comme en Guadeloupe.

Dans l’attente de cette grève générale, une partie de la population s’est ruée dès vendredi dans les hypermarchés et les stations-service. Si samedi matin encore, les automobilistes faisaient la queue aux abords des pompes à essence, le phénomène s’est tari au fil du week-end.