Emploi : Le taux de chômage quasi stable au 3e trimestre à 8,1 %, selon l’Insee

ECONOMIE L’Institut compte ainsi 2,4 millions de chômeurs, soit 52.000 de plus que lors du trimestre précédent

20 Minutes avec AFP
— 
Le taux de chômage est équivalent à celui d'avant la crise sanitaire.
Le taux de chômage est équivalent à celui d'avant la crise sanitaire. — ROMAIN DOUCELIN/SIPA

Le taux de chômage est resté quasi stable au troisième trimestre 2021, à +0,1 point par rapport au trimestre précédent pour s’établir à 8,1 % de la population active en France, selon les chiffres publiés vendredi par l’ Insee. C’est moins bien que ce qu’avait prévu l’Institut national de la statistique dans sa dernière note de conjoncture, début octobre, anticipant un taux de chômage à 7,6 % au troisième trimestre.

L’Insee estime ainsi le nombre de chômeurs, selon le sens du Bureau International du Travail, à 2,4 millions de personnes, soit 52.000 de plus sur le trimestre. Le taux de chômage « oscille entre 8 % et 8,1 % depuis le quatrième trimestre 2020, au même niveau qu’au quatrième trimestre 2019, avant la crise sanitaire », indique l’Insee.

Le chômage des jeunes en recul par rapport à l’avant-crise

Sur le trimestre, le taux de chômage augmente pour les 15-24 ans (+0,3 point) et se stabilise pour les 25-49 ans et les 50 ans et plus, détaille l’Insee. Par rapport aux niveaux respectifs d’avant-crise, il est nettement au-dessous pour les jeunes (–1,2 point) et quasiment identique pour les personnes d’âge intermédiaire (–0,1 point) et les seniors (+0,1 point).

« Cette quasi-stabilité du taux de chômage au troisième trimestre 2021 résulte tout à la fois du fort dynamisme de l’emploi et de celui de la population active, comme au trimestre précédent », relève l’institut. Parmi les chômeurs, 0,7 million déclarent être sans emploi et en rechercher depuis au moins un an. Le taux de chômage de longue durée s’établit à 2,4 % de la population active au troisième trimestre 2021, au même niveau qu’au trimestre précédent mais supérieur de 0,2 point à son niveau de fin 2019.

Enfin, s’agissant du « halo autour du chômage », soit les personnes sans emploi qui en souhaitent un mais qui ne satisfont pas les autres critères du BIT pour être considérés comme chômeurs, il « diminue nettement », note l’Insee, avec 1,9 million de personnes dans cette catégorie, en recul de 175.000 sur le trimestre.