Crise des migrants : Emmanuel Macron veut « renforcer la coopération » avec Londres

AFFLUX L'affluence de migrants désirant se rendre au Royaume-Uni provoque « une situation très dure à vivre pour les habitants de Calais »

20 Minutes avec AFP
— 
Des migrants essayant de rejoindre l'Angleterre à Calais (image d'illustration).
Des migrants essayant de rejoindre l'Angleterre à Calais (image d'illustration). — Philippe HUGUEN / AFP

Paris doit « renforcer la coopération » sur le dossier épineux des migrants avec Londres même si les Britanniques « oscillent entre partenariat et provocation », a estimé Emmanuel Macron dans un entretien à La Voix du Nord publié jeudi soir.

Le chef de l'Etat reconnaît que l'afflux de migrants désirant se rendre au Royaume-Uni provoque « une situation très dure à vivre pour les habitants de Calais ».

« Je porterai des réformes dans le cadre de la présidence française de l'UE », à partir du 1er janvier, précise-t-il.

« Nous avons les Britanniques, qui oscillent entre partenariat et provocation. Nous devons renforcer encore la collaboration. Si ceux (les migrants) qui veulent rejoindre la Grande-Bretagne ont de la famille là-bas, cela doit s'inscrire dans le cadre du regroupement familial. S'ils sont victimes de trafiquants, nous devons casser ce système », ajoute-t-il.

Selon la préfecture maritime, environ 15.400 migrants ont tenté la dangereuse traversée de la Manche entre le 1er janvier et le 31 août, dont 3.500 ont été « récupérés en difficulté » dans le détroit et ramenés sur les côtes françaises.

Emmanuel Macron indique s'être entretenu mercredi avec la maire de Calais « pour aider sa ville à reconquérir son avenir » et que des « solutions nouvelles » seraient annoncées par « plusieurs ministres » dans « les prochaines semaines ».

« J'entends les inquiétudes des associations et de la défenseur des droits », ajoute-t-il, alors que les deux militants associatifs de Calais en grève de la faim depuis le 11 octobre en soutien aux migrants ont annoncé mercredi la fin de leur action.

« Il y a eu un investissement massif pour la construction de centres d'accueil à destination de ceux qui souhaitent entamer des démarches en France », selon lui.