Affaire Delphine Jubillar : La demande de remise en liberté de Cédric, son mari, à nouveau examinée mardi

JUSTICE Incarcéré et mis en examen depuis le 18 juin pour le meurtre de sa femme, Cédric Jubillar conteste ce mardi le rejet d’une nouvelle demande de remise en liberté

B.C. avec AFP
— 
Cédric Jubillar, le 12 juin 2021, lors d'une marche blanche pour Delphine.
Cédric Jubillar, le 12 juin 2021, lors d'une marche blanche pour Delphine. — Fred Scheiber - AFP

Ce lundi, Delphine Jubillar aurait eu 34 ans. Pour marquer cette date, ses proches organisent un rassemblement devant sa maison de Cagnac-les-Mines, là où elle a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier. Son mari, Cédric​, mis en examen depuis le 18 juin pour son meurtre, a vu sa nouvelle demande de remise en liberté refusée. Une décision dont il a fait appel et qui sera examinée ce mardi par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Toulouse.

Alors que l’accusation met en avant des indices graves et concordants à l’encontre du plaquiste, pour ses avocats, « il n’y a ni preuves, ni corps, ni scène du crime », qui justifie son maintien en détention.

Déjà deux rejets de remise en liberté

C’est la troisième fois que ses défenseurs tentent d’obtenir sa remise en liberté, à chaque fois ces demandes ont échoué que ce soir devant le juge des libertés et de la détention ou en appel. Ses trois avocats ont également demandé fin août à l’administration pénitentiaire de ne plus maintenir Cédric Jubillar à l’isolement. Une demande aussi rejetée.

« On ne sait absolument pas ce qui s’est passé », plaide Emmanuelle Franck, l’une de ses défenseurs qui au cours d’une précédente audience a tenté de démonter point par point les indices, de la présence de la couette de la jeune femme dans une machine à laver après sa disparition, en passant par les cris entendus par des voisins.