Le public invité à se recueillir devant la dépouille du dernier Compagnon de la Libération

CEREMONIE La coupole dorée des Invalides sera ouverte à tous mercredi de 10 heures à 19 heures pour un dernier hommage à Hubert Germain

20 Minutes avec AFP
— 
Dans cette photo d'archive prise le 18 juin 2021, Hubert Germain, résistant de la Seconde Guerre mondiale et dernier "Compagnon de la Libération" assiste à une cérémonie marquant le 81e anniversaire de l'appel à la résistance de Charles de Gaulle depuis Londres au Mont Valérien, à Suresnes, près de Paris.
Dans cette photo d'archive prise le 18 juin 2021, Hubert Germain, résistant de la Seconde Guerre mondiale et dernier "Compagnon de la Libération" assiste à une cérémonie marquant le 81e anniversaire de l'appel à la résistance de Charles de Gaulle depuis Londres au Mont Valérien, à Suresnes, près de Paris. — Michel Euler/AP/SIPA

Le grand public est invité à se recueillir mercredi à l’Hôtel national des Invalides devant la dépouille d'Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération, décédé en octobre à l’âge de 101 ans. La coupole dorée des Invalides sera ouverte à tous mercredi de 10 heures à 19 heures pour un dernier hommage à Hubert Germain, « ainsi qu’à travers lui à ses 1.037 Compagnons constituant, selon les mots du général de Gaulle, "cette chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l’Histoire de France" », selon l’Ordre de la Libération.

Ancien député gaulliste et ministre de Georges Pompidou, Grand Croix de la Légion d’honneur, Hubert Germain est décédé le 12 octobre. Seules 1.038 personnes, dont six femmes, ont reçu le titre de compagnon de la Libération. Père des Forces françaises libres (FFL), Charles de Gaulle avait créé l’Ordre de la Libération en novembre 1940 pour « récompenser les personnes ou les collectivités militaires et civiles qui se seront signalées dans l’œuvre de libération de la France et son empire ».

Inhumé au Mont-Valérien

En tant que dernier de ses représentants, Hubert Germain sera inhumé le 11 novembre au Mont-Valérien lors d’une cérémonie présidée par Emmanuel Macron, après un hommage sous l’arc de Triomphe. Une fois transféré au Mont-Valérien, principal lieu d’exécution des résistants durant la Seconde Guerre mondiale, son corps reposera dans la crypte du mémorial de la France combattante.