Les alertes concernant la circulation de GHB lors de soirées en boîtes ou dans les bars vous inquiètent-elles ?

VOTRE VIE VOTRE AVIS Des jeunes femmes alertent sur les réseaux sociaux sur l’explosion de l’usage de la « drogue du violeur » dans les bars et les boîtes de nuit

Sélène Agape
— 
(Illustration) Un groupe de jeunes en soirée en discothèque.
(Illustration) Un groupe de jeunes en soirée en discothèque. — Canva/20 Minutes

Alerte dans les soirées étudiantes. De Montpellier à Grenoble, en passant par Strasbourg, Bordeaux et Nancy, les appels à la vigilance et à la prudence se multiplient après des signalements d’intoxication présumée au GHB.

Selon les témoignages, la « drogue du violeur » serait versée dans les verres des clients de bars et de discothèques. Douze enquêtes préliminaires ont notamment été ouvertes après des signalements d’agressions sexistes ou sexuelles dans des établissements grenoblois. Pour protéger les jeunes, des associations estudiantines ont distribué des « capotes de verre », réutilisables et qui s’adaptent à la forme de différents types de verres, pour lutter contre le GHB.

Les alertes sur la circulation de GHB lors de soirées en bars ou en boîte vous inquiètent-elles ?​ En avez-vous été victimes ou connaissez-vous des personnes qui ont été malheureusement droguées en soirée ? Avez-vous porté plainte ? Avez-vous des techniques pour vous protéger ? Quelles sont-elles ? Avez-vous consulté une association ? Etudiants et étudiantes, avez-vous été informés par votre établissement ? Vous pouvez témoigner en remplissant le formulaire ci-dessous. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un article. Merci d’avance