Loiret: Un éleveur vend 3.000 poules pour leur éviter l’abattoir et leur offrir une nouvelle vie

ADOPTION Les poules sont vendues jusqu'au 31 décembre à 4,50 euros l’unité. Elles doivent être récupérées sur place

20 Minutes avec agence
— 
Les deux chiens, la poule, les deux hamsters et le chat de l'homme ont été confisqués et remis à l?association 30 millions d?amis (illustration).
Les deux chiens, la poule, les deux hamsters et le chat de l'homme ont été confisqués et remis à l?association 30 millions d?amis (illustration). — 98833074 / PIXABAY

Le producteur d’œufs bios, et gérant du domaine de Sainte-Marie-des-Gués, à Ouzouer-sur-Loire (Loiret), vend près de 3.000 poules afin de leur éviter l’abattoir. Fin octobre, il a appris le redressement judiciaire de la start-up Poulehouse, avec qui il avait un partenariat depuis quelques années, rapporte La République du Centre jeudi.

« Ils m’ont appelé pour me confier leurs difficultés financières et me dire qu’ils ne pourront pas prendre comme convenu, les 1.500 poules », explique-t-il. L’éleveur confiait régulièrement ses animaux, âgés de plus de 18 mois, à cette start-up lancée en 2017, afin de leur offrir une retraite paisible.

Fin des ventes le 31 décembre

Le producteur ayant déjà confié 1.500 poules à Poulehouse, il se retrouve à présent avec 3.000 poules qu’il ne peut pas garder. C’est pourquoi, il a choisi de les proposer à l’adoption afin de « leur offrir une seconde vie ». Elles sont vendues 4,50 euros l’unité jusqu’au 31 décembre prochain. Les gallinacés sont à récupérer sur place.

L’éleveur a débuté son activité avec 4.500 poules et deux poulaillers. Actuellement, il compte plus de 17.000 bêtes dans sept poulaillers différents. « En vingt et un an, j’ai été contraint d’envoyer seulement trois lots sur cinquante à l’abattoir », raconte-t-il.