Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
SOLIDARITEDes bonnets et écharpes « suspendus » pour les sans-abri à Lyon

Lyon : Des bonnets et écharpes « suspendus » pour les sans-abri

SOLIDARITE
L’enseigne franchisée KiloShop, située dans le quartier des Cordeliers, propose à ses clients d’acheter des vêtements pour les SDF
L'équipe du magasin KiloShop Cordeliers à Lyon lance une opération solidaire en faveur des sans-abri : des bonnets ou écharpes suspendus.
L'équipe du magasin KiloShop Cordeliers à Lyon lance une opération solidaire en faveur des sans-abri : des bonnets ou écharpes suspendus. - C. Girardon / 20 Minutes / 20 Minutes
Caroline Girardon

Caroline Girardon

L'essentiel

  • L’équipe du magasin KiloShop des Cordeliers à Lyon a lancé une opération solidaire envers les sans-abri.
  • A l’instar des « cafés suspendus », il s’agit de proposer aux clients d’acheter deux articles – bonnet ou écharpe – mais d’en laisser un qui sera ensuite offert aux personnes nécessiteuses.
  • Pour l’instant, la distribution est assurée par les vendeurs et la gérante de l’enseigne.

L’idée, souffle-t-elle, lui est venue « un matin ». « Comme ça ». De sa propre initiative, Coraline Chambet, 36 ans, responsable du magasin franchisée KiloShop dans le centre-ville de Lyon, a lancé une opération de solidarité envers les sans-abri. Une opération qui s’inspire directement des « cafés » ou « repas suspendus » bien plus démocratisés en région parisienne.

« Le principe consiste à acheter deux cafés et à en consommer un seul. Le second, qui est payé est laissé pour une personne qui en aurait besoin. Elle sait qu’elle peut venir à cet endroit en boire un gratuitement », détaille la trentenaire. Dans les rayons de la friperie, pas de café ou de repas. Mais des bonnets et des écharpes, vendus entre 4 et 5 euros.

Quelques ardoises, postées dans les allées du magasin et à la caisse, informent les clients qu’ils peuvent acheter un petit article pour les sans-abri. Les bonnets et écharpes sont ensuite déposés dans un sac, visible de tous. A chaque don, le compteur inscrit sur une petite pancarte évolue.

Les vêtements distribués par les salariés eux-mêmes

« C’est à la portée de tout le monde de faire un geste et ça marche plutôt bien. Au moment de payer, quand les clients voient l’affiche, ils nous demandent spontanément d’ajouter un article », raconte Coraline. En deux semaines, l’équipe de la boutique des Cordeliers en a déjà collecté une vingtaine.

« Pour l’instant, nous donnons nous-même les vêtements aux sans-abri que nous croisons dans la rue ou en bas de chez nous. Soit le soir même, soit le lendemain », expose la gérante, épaulée en cela par ses trois vendeurs. Et d’ajouter : « Si ça prend bien, on entrera en contact avec les maraudes, qui auront peut-être plus de faciliter à les distribuer. » L’idée sera à terme de pouvoir également sensibiliser d’autres commerces, susceptibles eux aussi de s’engager dans la même opération solidaire.


Notre dossier solidarité

« Après la période de Covid-19, j’avais envie de redonner du sens à notre profession, argumente la jeune femme. Apporter aussi un peu de chaleur humaine à l’approche de l’hiver… Et cela n’est pas très compliqué à mettre en place. »

Précisons que l’enseigne et la boutique des Cordeliers ne collectent en revanche aucun vêtement de particuliers pour les sans-abri.

Sujets liés