Lyon : Des collectes de sang organisées dans le département pour remplir les réserves

BONNE ACTION Plusieurs collectes sont organisées dès la semaine prochaine dans la métropole lyonnaise pour remplir les réserves de sang, qui accusent une baisse critique depuis la crise sanitaire

Jennifer Lesieur
— 
Un don de sang ne prend qu'une heure et peut sauver plusieurs vies.
Un don de sang ne prend qu'une heure et peut sauver plusieurs vies. — GUILLAUME SOUVANT / AFP
  • Les stocks sanguins, très insuffisants à la rentrée, ont mené à une mobilisation générale pour relancer des dons ralentis par la crise sanitaire.
  • Une série de collectes sera organisée dans le Rhône dès la semaine prochaine pour revenir à un stock normal de 1.400 poches par jour.
  • Les donneurs peuvent prendre rendez-vous en ligne sur le site de l'EFS, qu'ils soient vaccinés ou non : le pass sanitaire n'est pas exigé.

Les stocks sont au rouge. C’est pourtant une couleur que l’EFS (Etablissement français du sang) aimerait voir en quantité, sous forme de poches sanguines, devenues trop rares depuis la rentrée.

A tel point que l’EFS a appelé fin septembre à une mobilisation nationale pour accélérer les dons de sang : efficace, la campagne n’a pas pris fin pour autant, et plusieurs collectes régionales continuent d’être mises en place, dont une d’envergure en Rhône-Alpes.

Une baisse liée à des collectes réduites

Les réserves de sang accusent une baisse critique : de 120.000 poches, on est passé à 78.000. Les stocks dépendent d’une fréquentation qui n’a jamais été constante. L’automne marque une pénurie habituelle, accentuée cette année à cause de collectes refusées par certains établissements, pour raisons paradoxalement sanitaires. « L’EFS s’est rendu moins souvent dans les entreprises, les établissements scolaires et d’enseignement supérieur qu’avant le Covid-19 », remarque Marie-Aude Baylé, développeur de territoire Rhône-Ain à l’EFS.

Le télétravail a aussi joué sur la raréfaction de dons : « Sur une centaine de personnes qui se présentaient en collecte en entreprise, avec le télétravail on en verra peut-être une cinquantaine revenir… » A cela s’ajoute parfois un manque de personnel, qui oblige à annuler certaines dates.

Un besoin régional de 1.400 dons par jour

Or les besoins en sang, eux, sont constants : « Au niveau national, on a besoin de 10.000 dons par jour, et au niveau de la région Auvergne Rhône-Alpes, de 1.400 par jour », détaille Marie-Aude Baylé, « Ce sont des minima quotidiens si l’on veut répondre aux besoins des patients dans tous les hôpitaux de la région, car les produits sanguins sont aussi périssables, ils ont une durée de vie de 42 jours pour les globules rouges, et de sept jours pour les plaquettes », précise-t-elle.

Plusieurs collectes sont donc organisées dans le département du Rhône à partir de la semaine prochaine, sur rendez-vous pour optimiser les flux et assurer les gestes sanitaires : à Tassin-la-Demi-Lune le 3 octobre, à Craponne le 4, à Rillieux-la-Pape le 5, à Oullins le 5, à Ecully les 8 et 9 (horaires, lieux et prise de rendez-vous sur le site de l’EFS). Pour attirer encore plus de volontaires, certaines prendront place dans des lieux d’exception, comme au Groupama Stadium le 12 novembre et à l’auditorium de Lyon le 13 décembre.

Le pass sanitaire n’est pas exigé

« Aucun produit ne peut se substituer au sang, rappelle Marie-Aude Baylé, on a donc besoin de tous les groupes. Le donneur universel c’est O-, qui correspond à 36 % de la population française, suivi du A : ce sont les groupes les plus demandés et les plus utilisés. Les plus rares, comme B- ou AB, sont moins utilisés, mais également moins demandés. »

Pour donner son sang, il n’est pas nécessaire de présenter un pass sanitaire. Il suffit d’être majeur, de peser au minimum 50 kg, de présenter une pièce d’identité et d’être en bonne forme physique. Un test d’éligibilité est préalable à tout don. Et si la tête vous tourne à la vue d’une poche se remplissant de votre précieux sang, souvenez-vous que 10.000 dons par jour peuvent sauver un million de vies…