Pédocriminalité : 66 % des catholiques ne font pas confiance à l’Eglise sur la protection des mineurs, selon un sondage

RELIGION La quasi-majorité d’entre eux se disent « favorables » à confier des responsabilités au sein de l’Eglise aux femmes

M.F
— 
Selon un sondage, plus de deux tiers des catholiques ne font plus confiance en l'Eglise catholique pour protéger les mineurs des abus en son sein.
Selon un sondage, plus de deux tiers des catholiques ne font plus confiance en l'Eglise catholique pour protéger les mineurs des abus en son sein. — Mourad ALLILI/SIPA

Le rapport Sauvé et les différents scandales qui ont éclaté ces dernières années semblent avoir mis à mal la confiance des croyants envers leurs institutions religieuses. Selon un sondage Ifop paru ce jeudi dans La Croix, 66 % des catholiques sondés ont répondu « non » à la question « Faites-vous confiance à l’Eglise sur la protection des mineurs ? ». A noter que ce chiffres varient sensiblement selon si les répondants sont des catholiques non-pratiquants (76 %) ou pratiquants (45 %).

Les catholiques semblent aussi reprocher à l’Eglise son attitude après la publication le 5 octobre du rapport Sauvé qui a révélé que près de 330.000 mineurs avaient été victimes d’abus sexuels au sein de l’Eglise catholique depuis 1950. 80 % se disent « favorables » à verser des indemnités aux victimes et pour 76 %, la réaction de la hiérarchie catholique n’a pas été « à la hauteur de ces révélations ». Ce dernier chiffre baisse à 49 % chez les pratiquants réguliers.

69 % veulent lever le secret de confession

Les révélations sur les violences sexuelles dans l’Eglise ont également suscité un large débat jusque dans les institutions politiques sur la question du secret de confession. Monseigneur de Moulins-Beaufort avait affirmé avant de revenir sur sa déclaration que le secret de la confession « s’imposait » aux prêtres et était « plus fort que les lois de la République ». Résultat : 69 % des sondés souhaitent qu’il soit levé.

Les résultats de l’étude montrent enfin que 90 % des catholiques interrogés se disent « favorables » à confier des responsabilités aux femmes et à changer le discours de l’institution sur la sexualité.

Cette enquête a été menée du 20 au 22 octobre auprès de 997 catholiques, extrait d'un échantillon de 1962 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.