Harcèlement scolaire : Après la mort de Dinah, un député du Haut-Rhin veut une nouvelle loi

ELEVES PERSECUTES Outre son projet de loi, l'élu souhaite que son territoire devienne « pilote » dans la lutte contre le phénomène

20 Minutes avec agence
— 
700.000 jeunes sont victimes de violences liées au harcèlement scolaire, a estimé Bruno Fuchs.
700.000 jeunes sont victimes de violences liées au harcèlement scolaire, a estimé Bruno Fuchs. — Anemone123 / Pixabay

Le député Modem du Haut-Rhin Bruno Fuchs a récemment indiqué son intention de faire en sorte qu’il existe un délit de harcèlement scolaire. Pour que ce dernier figure dans le Code pénal et que la justice puisse s’appuyer dessus pour punir les contrevenants, l’élu souhaite déposer une proposition de loi, rapporte France Bleu Alsace. Sa démarche fait suite au suicide Dinah, 14 ans, dans la nuit du 4 au 5 octobre.

L’adolescente était harcelée dans son établissement scolaire, avaient témoigné ses proches. Son décès à Kingersheim (Haut-Rhin) a provoqué de vives réactions dans tout le pays. Une marche blanche à sa mémoire a été organisée ce dimanche à Mulhouse (Haut-Rhin). Outre son projet de loi, Bruno Fuchs aimerait voir le harcèlement scolaire classé grande cause nationale l’an prochain.

En première ligne de la lutte contre le harcèlement scolaire

Le député a adressé au président de la République une demande en ce sens. Il entend aussi voir l’Alsace devenir un territoire « pilote en la matière », a-t-il expliqué. Le parlementaire s’intéresse depuis plusieurs mois à la question.

« Nous ne pouvons plus laisser 700.000 jeunes en proie à une violence que les réseaux sociaux décuplent, a estimé Bruno Fuchs. Il faut que la société prenne conscience que c’est un sujet majeur ».