Var : « Nous ne sommes pas racistes », les bénévoles démissionnaires des Restos du cœur s’expliquent

MISE AU POINT La direction départementale de l’association caritative avait pointé leur refus de venir en aide aux migrants, les bénévoles se disent « écœurés »

A.V.
— 
Les Restos du coeur.
Les Restos du coeur. — Romuald Meigneux/SIPA

La nouvelle avait fait grand bruit. Vendredi dernier, les quinze bénévoles des Restos du cœur de Fréjus ( Var), démissionnaient en bloc. La direction départementale de l’association fondée par Coluche expliquait cette décision par  leur refus de venir en aide aux migrants.

Dans Var Matin, ces bénévoles donnent leur version de l’histoire et se défendent d’être racistes. « Les Restos du cœur sont devenus une véritable entreprise », regrette Catherine, bénévole depuis six ans, dans les colonnes du quotidien régional.

Avec ses co-démissionnaires, ils dénoncent des injonctions paradoxales, entre une charte qui prévoit l’accueil inconditionnel et le besoin de papiers pour inscrire les personnes sur la liste des bénéficiaires. « En septembre, on m’a dit tu acceptes ou démissionnes », poursuit Catherine. « Nous sommes écœurés », conclut-elle, dans les pages du quotidien varois qui indique qu’ils réfléchissent désormais à fonder leur propre association.