C’est l’heure du BIM : Alerte au Covid-19, procès du meurtre de Mireille Knoll et Erdogan recule

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.
— 
Dépistage du Covid-19 via un test PCR (photo d'illustration).
Dépistage du Covid-19 via un test PCR (photo d'illustration). — Jean-Francois Badias/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

La France franchit de nouveau la barre des 5.000 cas quotidiens de Covid-19

Alors qu’il commençait à (un peu) s’éloigner, le sceptre du coronavirus est peut-être en train de faire son retour. La France a en effet de nouveau franchi la barre des 5.000 cas quotidiens de Covid-19, d’après les chiffres de Santé publique France publiés ce lundi confirmant la hausse des contaminations constatées depuis le 20 octobre. Si on lisse les chiffres sur une semaine, lundi a été le troisième jour consécutif au-dessus de cette barre symbolique. Le tableau est tout de même loin d’être sombre et alarmiste. Si l’épidémie repart quelque peu, les données hospitalières restent quant à elles relativement rassurantes. Le nombre de patients hospitalisés, de 6.405 lundi, est quasi stable depuis mi-octobre. Et dans les services de soins critiques, le nombre de 1.023 est parmi les plus bas depuis le début de la pandémie.

Qui a tué Mireille Knoll ? Les accusations mutuelles des deux mis en cause

Le procès qui s’ouvre ce mardi va-t-il permettre de connaître le nom du meurtrier de Mireille Knoll ? Le 23 mars 2018, les pompiers ont découvert le corps calciné, lardé de 11 coups de couteau, de cette octogénaire de confession juive, rescapée de la Shoah. Plus de trois ans après, le procès de Yacine Mihoub, 31 ans, et Alex Carrimbacus, 25 ans, va débuter à 9h30 devant la cour d’assises de Paris. Ils sont jugés pour « meurtre sur personne vulnérable, commis en raison de la religion de la victime », un crime passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Pour le moment, les deux hommes, qui s’étaient rencontrés en prison, se rejettent la responsabilité du meurtre. Les juges ont donc jusqu’au 10 novembre pour démêler le vrai du faux.

Erdogan renonce à expulser les dix diplomates occidentaux de Turquie

La crise diplomatique a été évitée de justesse, mais l’attitude de Recep Tayyip Erdogan pourrait laisser des traces. Le président turc a renoncé lundi à expulser les dix ambassadeurs occidentaux menacés en raison de leur soutien à l’opposant Osman Kavala. Pour justifier ce revirement, Erdogan a affirmé que les diplomates avaient « reculé » et qu’ils « seront plus prudents à l’avenir ». « Notre intention n’était pas de susciter une crise », a-t-il poursuivi. Les Etats-Unis ont pour leur part « pris acte » de cette « clarification », tout en promettant de « continuer à promouvoir l’Etat de droit » en Turquie.