Le pass sanitaire est-il exigé au sein du Parlement européen ?

FAKE OFF La conférence de presse de quelques députés européens critiquant le pass sanitaire européen connaît un certain retentissement sur les réseaux sociaux 

Alexis Orsini
— 
Le Parlement européen à Bruxelles (Belgique), en octobre 2021.
Le Parlement européen à Bruxelles (Belgique), en octobre 2021. — ISA HARSIN/SIPA
  • Sur Twitter, des internautes relayent les images d'une conférence de presse organisée le 20 octobre par quatre députés européens.
  • Ils dénonçaient, à cette occasion, les atteintes aux libertés individuelles que causerait le «certificat Covid numérique» aux citoyens d'Europe, notamment pour le personnel qui ne pourrait plus travailler au Parlement européen en raison de leur non-vaccination.
  • Contacté par 20 Minutes, le Parlement européen indique que l'exigence de ce certificat pour entrer dans ses locaux « est en cours d'examen » mais que « la décision finale n'est pas encore arrêtée ». 

« Quand les députés européens s’aperçoivent qu’ils ont été blousés par l'Union européenne et dépassés par les gouvernements… », « Des députés européens, qui découvrent qu’ils vont être virés avec le personnel non vacciné. Eux ont été élus par nous, pensez-y… Et au fait les médias ont parlé de cette conférence de presse, suréaliste ? »

Sur Twitter, des internautes relaient les morceaux choisis d’une conférence de presse « explosive », censée en dire long, selon eux, sur les dérives du « certificat Covid numérique » – un temps connu sous le nom de « green pass » –, l’équivalent européen du pass sanitaire en vigueur en France.

Dans cette séquence, quatre députés européens de différents pays affirment que ce dispositif contrevient à certaines libertés fondamentales des citoyens et menace les emplois de personnes non vaccinées, y compris au sein du Parlement européen.

« Il est vraiment déplorable de voir les libertés, les droits et la loi menacés en Europe aujourd’hui. Malheureusement, dans certains pays, vous ne pouvez pas conserver votre emploi sans le certificat Covid numérique, ni entrer dans des lieux publics ou des magasins », déplore notamment l’un des eurodéputés en présentant ce certificat comme un « permis de contamination » donnant un « faux sentiment de sécurité ». D’où la nécessité, selon lui, de mettre fin à cet outil « illogique et non scientifique ».

FAKE OFF

Cette conférence de presse d’un peu moins de vingt minutes remonte au 20 octobre et reste visionnable en intégralité sur YouTube. Intitulée « En défense des droits fondamentaux contre l’usage abusif du [certificat Covid numérique] », cette prise de parole était co-organisée par deux députés sans étiquette – Francesca Donato (une élue italienne en faveur de l’abandon de l’euro) et Ivan Vilibor Sincic (un élu croate) –, ainsi que par Christine Anderson, d’Identité et démocratie, un groupe politique du Parlement européen d’extrême droite, et Cristian Terheş, du Parti national paysan chrétien-démocrate (PNTCD) roumain.

Si une telle prise de parole de députés européens semble, pour certains internautes, témoigner de la gravité de la situation, elle n’a en revanche rien d’exceptionnel sur la forme. « Tous les membres du Parlement européen ou les représentants des services de presse des groupes politiques, agissant au nom de leur groupe politique, peuvent soumettre une demande de réservation de salles de conférence de presse », nous précise le Parlement européen.

La décision « n’est pas encore arrêtée »

Et l’institution de préciser, sur la question de l’exigence du pass sanitaire européen au sein de ses locaux : « La demande de présentation du certificat Covid européen numérique pour entrer dans les locaux du Parlement européen est en cours d’examen par les autorités du Parlement. Le bureau du Parlement européen et la conférence des présidents soutiennent, dans leur ensemble, l’introduction de cette mesure qui permettrait de revenir à des réunions en présentiel pour les activités parlementaires, tout en garantissant le maximum de sécurité aux participants. »

« Toutefois la décision finale n’est pas encore arrêtée, elle sera prise une fois les consultations des représentants du personnel achevées et l’impact sur la question de la protection des données personnelles évalué », conclut le Parlement européen.

Enfin, comme le rappelle la Commission européenne sur son site Internet, le certificat Covid numérique ne vise pas à établir de discrimination entre les personnes vaccinées et les non-vaccinées, puisqu’il peut être utilisé par ces dernières si elles réalisent un test PCR négatif ou peuvent prouver qu’elles ont été immunisées contre le Covid-19.

Le certificat « ne constitue pas une condition préalable aux déplacements [et] n’est pas un document de voyage. Les personnes qui ne sont pas vaccinées doivent pouvoir exercer leur droit à la libre circulation de la même façon que celles qui sont vaccinées, sous réserve de restrictions telles que les tests de dépistage ou la quarantaine/l’auto-isolement, le cas échéant », explique l’institution.