Vaccination : L’autorisation pour les proviseurs d’accéder au statut vaccinal des élèves relève du « bon sens » pour Aurore Bergé

SECRET MEDICAL L’amendement déposé dans la loi de « vigilance sanitaire » et défendu par Aurore Bergé a fait bondir l’opposition

20 Minutes avec AFP
— 
Le secret médical sur la vaccination pourrait être levé pour les adolescents.
Le secret médical sur la vaccination pourrait être levé pour les adolescents. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Une « brèche impensable » dans le secret médical se loge-t-elle dans la loi de « vigilance sanitaire », qui a reçu le feu vert de l’Assemblée hier soir ? C’est en tout cas ce que dénonce le député LR Philippe Gosselin, fustigeant l’amendement qui permet aux chefs d’établissement du second degré de connaître le statut vaccinal des élèves de leur établissement.

« Ça ne me paraît pas être le rôle d’un enseignant que de contrôler la situation sanitaire des enfants », ajoute le sénateur socialiste Patrick Kanner, « très réservé » sur la mesure. En théorie, le texte vise à « faciliter l’organisation de campagnes de dépistage et de vaccination », afin d’éviter les fermetures de classe. Actuellement, s’il y a un cas contact dans une classe, « vous avez uniquement une attestation sur l’honneur des parents » pour connaître le statut vaccinal de l’enfant, justifie Aurore Bergé.

La députée LREM défend « une mesure de bon sens » pour protéger les adolescents. « Il y a le risque éventuellement que toutes les attestations sur l’honneur ne soient pas véridiques », souligne-t-elle.