Présidentielle 2022 : Le groupe Korian va-t-il installer des bureaux de vote dans ses Ehpad ?

FAKE OFF Un éditorialiste s'interroge sur la possible installation de bureaux de vote à l'élection présidentielle de 2022 dans des Ehpad

Alexis Orsini
— 
Un bureau de vote en France (illustration).
Un bureau de vote en France (illustration). — UGO AMEZ/SIPA
  • Certains résidents d'Ehpad pourraient voter directement en son sein à l'élection présidentielle de 2022, à en croire l'éditorialiste de RT France Alexis Poulin.
  • Celui-ci s'appuie sur une récente brève du magazine Challenges évoquant l'initiative prise par le groupe Korian, qui chercherait à installer des bureaux de vote dans ses Ehpad en concertation avec les pouvoirs publics.
  • Le groupe Korian confirme à 20 Minutes que des discussions ont eu lieu mais que rien n'est acté. Les bureaux de vote doivent en outre correspondre à des critères précis définis par le code électoral, nous rappelle le ministère de l'Intérieur. 

Certains résidents d’Ehpad n’auront peut-être que quelque pas à faire pour déposer un bulletin dans l’urne lors de l'élection présidentielle de 2022.

C’est en tout cas ce qu’affirme, dans une vidéo de la chaîne RT France mise en ligne sur son compte Twitter, l’éditorialiste Alexis Poulin. « Pour le monde d’après, j’ai choisi de parler de l'abstention puisque ça va être l’inconnue également de l’élection présidentielle. Et alors, il y a le groupe Korian […], qui a une solution et qui propose [d’installer] des bureaux de vote au sein de ses établissements », dit-il au cours d’un débat avec un confrère sur le plateau du média russe.

« C’est incroyable, puisque là on a un groupe privé – vous savez que ce sont les communes qui organisent les élections et on ne met pas de bureaux de vote n’importe où. Là, vous avez l’énarque à la tête du groupe Korian qui travaille avec les pouvoirs publics et qui dit "Voilà, comme nos résidents ne peuvent pas se déplacer…" », poursuit-il encore, alors que son collègue lui fait part d’un point de vue différent : « Vous ne trouvez pas que ça pourrait être une bonne chose, si c’était bien fait ? C’est-à-dire qu’on aille chercher des électeurs, puisque l’abstention est une plaie de cette démocratie pour le moment… »

FAKE OFF

Si la vidéo ne précise pas sur quelle source s’appuie Alexis Poulin pour avancer cette affirmation, ce dernier avait partagé quelques jours plus tôt, sur Twitter, un extrait du magazine Challenges à ce propos.

« Le leader français des Ehpad Korian, que dirige Sophie Boissard, présentera début 2022 un dispositif visant à lutter contre l’abstention électorale avec recensement des résidents inscrits sur les listes, sensibilisation citoyenne et installation, en concertation avec les pouvoirs publics, de bureaux de vote dans les établissements », indique cette brève publiée dans le numéro du 14 octobre.

« Aucune décision n’a été prise à ce stade »

Contacté par 20 Minutes, le groupe Korian indique que « des discussions ont eu lieu avec plusieurs municipalités » mais nuance : « La plupart restent prudentes, voire réservées. Donc aucune décision n’a été prise à ce stade, il s’agit plus de réflexions. »

Le groupe revendique en revanche la « sensibilisation de ses résidents » à l’exercice du droit de vote, à travers une série d’ateliers menés depuis plusieurs années, notamment en raison des « inquiétudes » des familles de résidents, de résidents ou d’élus de terrain sur « le déroulement des scrutins électoraux. »

De son côté, le ministère de l’Intérieur nous confirme qu’il « n’y a pas de discussions entre le ministère de l’Intérieur et le groupe Korian au sujet de l’installation des bureaux de vote au sein de leurs établissements ». Tout en rappelant les principes essentiels du droit électoral : « La création et les lieux d’installation des bureaux de vote d’une commune sont arrêtés par le préfet sur proposition du maire […]. Afin d’assurer le bon déroulement des opérations électorales, un bureau de vote ne doit pas compter plus de 800 à 1000 électeurs inscrits. »

Un lieu qui « ne doit pas être de nature à altérer la sincérité du scrutin »

Si des bureaux de vote peuvent légalement être installés dans un lieu privé, ce scénario n’est envisageable que sous certaines conditions. « Il est recommandé que le lieu de vote soit un bâtiment public (mairie, école, gymnase, salle des fêtes). A défaut, il peut être un lieu privé dont l’accès est libre au moment du scrutin. Néanmoins, cette possibilité ne doit être mise en œuvre qu’en cas d’indisponibilité des bâtiments publics », détaille le ministère.

Ainsi, « le libre accès au bureau de vote [doit être] assuré », le site doit pouvoir être « ouvert aux heures normales de scrutin » et, surtout, « le lieu utilisé ne doit pas être de nature à altérer la sincérité du scrutin », « aucune contestation ne [devant] pouvoir être soulevée quant à une possible influence sur les électeurs ».