Les moins de 35 ans heureux de retourner au bureau, selon une étude

EMPLOI Le baromètre Paris Workplace 2021 montre que les confinements ont radicalement modifié l’approche du bureau par les salariés, en particulier chez les moins de 35 ans

Romarik Le Dourneuf
— 
64% des moins de 35 ans considèrent le lieu de travail comme un lieu où ils aiment passer du temps. (Illustration)
64% des moins de 35 ans considèrent le lieu de travail comme un lieu où ils aiment passer du temps. (Illustration) — Pixabay
  • 20 Minutes vous dévoile le nouveau baromètre Paris Workplace sur l’environnement de travail, les bureaux de demain et le comportement des salariés.
  • Le nombre idéal de jours de télétravail selon les 1.600 sondés est de 2,25. Mais ce nombre varie si l’on a plus ou moins de 35 ans.
  • Le rapport aux collègues est différent selon l’âge des salariés. Les salariés de moins de 35 ans considèrent « leurs collègues comme des amis » à 67 %, un chiffre deux fois plus élevé que chez les plus de 50 ans.

Démocratisation du télétravail, prise de recul sur le sens de son emploi… La crise du Covid-19 a chamboulé le monde de l’entreprise. C’est ce que montre le nouveau baromètre Paris Workplace sur l’environnement de travail, les bureaux de demain et le comportement des salariés, publié ce jeudi. Pour vous, 20 Minutes le résume en 5 chiffres.

7,1/10 pour le bien-être au travail

C’est la note donnée par les moins de 35 ans quand on leur demande d’évaluer leur bien-être au travail. Une évaluation positive, notamment au regard de la progression qu’elle représente puisqu’elle était de 6,5 en moyenne depuis 2014 et la première édition de ce baromètre. Surtout, en regardant plus en détail, on peut voir qu’elle peut s’améliorer, les salariés qui fréquentent des espaces verts tous les jours au travail s’accordent une note de bien-être de 7,8/10, contre 6,7 pour ceux qui les fréquentent moins d’une fois par mois, par exemple.

2,25 jours de télétravail

C’est le nombre de jours idéal de home office par semaine selon les personnes interrogées. Les confinements qui ont forcé beaucoup de salariés à télétravailler ont changé leur perception, le chiffre donné en février 2020 n’était que de 1,55 jour par semaine. Une différence apparaît entre les moins de 35 ans qui ne demandent « que » 2,1 jours contre 2,3 pour les plus de 35 ans. Cet écart peut s’expliquer par le fait que les jeunes se sentent souvent plus seuls ou isolés (35 %) dans leur entreprise que les plus âgés (26 %). Une différence qui s’est creusée avec la crise sanitaire puisque, si le score des plus de 35 ans est sensiblement le même, celui des plus jeunes a progressé de 8 points depuis le début de la crise (26 % en février 2020). Le bureau reste le lieu le plus efficace pour travailler selon les jeunes salariés : 62 % d’entre eux considèrent qu’ils sont plus performants au bureau contre 29 % qui répondent qu’ils travaillent mieux chez eux.

26 points de plus pour le bureau, lieu où on aime passer du temps

C’est l’augmentation, en points, de la part des moins de 35 ans qui considèrent bureau comme un lieu où ils aiment passer du temps. Alors qu’ils n’étaient que 38 % à donner cette réponse en septembre 2020, ils sont 64 % en 2021. La présence des collègues y est sûrement pour quelque chose puisque pour 49 % des jeunes, la vie sociale de l’entreprise est la première raison pour venir au bureau. D’ailleurs 67 % des jeunes salariés considèrent que « leurs collègues sont également des amis », contre seulement 34 % des plus de 50 ans.

66 % des moins de 35 ans estiment que le bien-être des salariés est une priorité pour leurs employeurs

La crise sanitaire n’a pas touché que les salariés. Les employeurs semblent aussi avoir pris conscience de l’importance du bien-être de leurs employés au regard des 66 % d’interrogés de moins de 35 ans qui estiment que le bien-être des salariés est une priorité pour leurs employeurs. C’est 8 points de plus qu’en février 2020 (58 %). Cela se traduit par exemple par une mise à disposition d’espaces extérieurs (terrasses, jardins, parcs) pour les employés puisqu’ils sont 57 % à déclarer en disposer en 2021 sur leur lieu de travail contre 48 % en février 2020.

68 % des moins de 35 ans donnent de l’importance à l’environnement de travail

Ameublement, extérieurs, quartier… La crise sanitaire a permis aux employés de prendre du recul sur leur environnement au travail. Un fait que l’on peut constater dans l’importance qu’a pris le bureau puisque 68 % des jeunes disent que celui-ci est un élément à prendre en compte dans leur choix pour rejoindre une entreprise. Frédéric Dabi, directeur général de l’IFOP, en charge du baromètre, pointe le goût des jeunes salariés pour les alentours de leur lieu de travail avec une tendance forte à sortir pendant la journée, pour profiter de la restauration, faire du sport ou les courses du quotidien.

20 secondes de contexte

Cette étude a été réalisée par SFL en partenariat avec l’IFOP sur 1.600 salariés interrogés, travaillant dans un bureau, à Paris et première couronne.