Prix du gaz : Le régulateur favorable à un gel des tarifs et prône une basse de la fiscalité dès le mois de janvier

ECONOMIE Une nouvelle hausse de 19,5 % était attendue en novembre

20 Minutes avec AFP
— 
Le prix du gaz flambe, mais pas que. (illustration)
Le prix du gaz flambe, mais pas que. (illustration) — PAUL ELLIS / AFP

C’est un des sujets brûlants du moment. Depuis plusieurs semaines, le prix du gaz flambe, au point de faire craindre de nombreux impayés tant la facture s’annonce lourde pour les familles modestes. Le gouvernement, à pied d’œuvre, avait promis un gel du tarif réglementé comme mesure de réaction immédiate. Il vient de recevoir l’aval de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), compte tenu des « circonstances extrêmes ».

Concrètement, le tarif réglementé du gaz sera gelé jusqu’en juin 2022 à son niveau du 1er octobre. Alors qu’il a déjà fortement augmenté ces derniers mois, il aurait dû atteindre de nouveaux sommets avec une hausse de 19,5 % en novembre. Inconcevable pour Jean Castex. La CRE a également approuvé le second volet des propositions du Premier ministre, à savoir une baisse de la fiscalité.

Une telle baisse de taxe « est indispensable pour limiter l’exposition financière des fournisseurs et faciliter le rattrapage tarifaire ultérieur » souligne la Commission, qui veille aussi sur les fournisseurs. Ainsi, le gel jusqu’à l’été doit leur permettre de récupérer les sommes non payées par le consommateur en hiver quand les prix redescendront au printemps. S’ils redescendent, puisque la hausse actuelle a commencé au cœur de l’été…