Vendée : Une enquête ouverte dans une usine Fleury-Michon, trop bruyante selon les riverains

CHUT A la Meilleraie-Tillay, les voisins de l’usine Fleury-Michon se plaignent de nuisances sonores incessantes

J.U.
— 
Illustration de lasociété Fleury Michon
Illustration de lasociété Fleury Michon — GERARD JULIEN / AFP

Peut-être bientôt la fin des nuits blanches. Ce jeudi, la préfecture de Vendée a annoncé l’ouverture d’une enquête concernant les nuisances sonores dont serait à l’origine une usine Fleury-Michon, près de Pouzauges. Depuis fin septembre, les habitants de la Meilleraie-Tillay dénoncent un bruit incessant, sept jours sur sept, qui émanerait de l’entreprise située à une centaine de mètres de chez eux. Des désagréments causés, selon eux, par de nouveaux quais de déchargement de camions.

Au lendemain de la médiatisation de leur situation, la préfecture, qui avait autorisé les travaux, a donc décidé d’intervenir. « Un examen de la conformité des mesures de bruit effectuées par l’exploitant » va être effectué par la Dreal, ainsi qu’une « analyse de la gêne des riverains », annonce-t-elle.

Une campagne acoustique

« En cas de non-conformité aux valeurs de référence, des actions correctives ou des mesures organisationnelles devront être proposées par l’exploitant dans un délai précis. Elles pourront être encadrées par arrêté préfectoral », indique la préfecture.

En attendant les résultats de la campagne acoustique, attendus la semaine prochaine, l’usine a elle aussi décidé de faire un geste, indique RMC. Elle annonce « la suspension des activités de sa plateforme logistique, de 23 heures à 6 heures du matin à partir de lundi ».