Pass sanitaire en Martinique : Non, des soignants n’ont pas obtenu le retrait du dispositif dans un hôpital

FAKE OFF Des internautes se réjouissent d'une supposée victoire des opposants au pass sanitaire dans les hôpitaux de l'île

Alexis Orsini
— 
Le pass sanitaire (illustration).
Le pass sanitaire (illustration). — Mourad ALLILI/SIPA
  • Lundi 11 octobre, des manifestants ont fait connaître leur opposition à l'instauration du pass sanitaire dans les hôpitaux de Martinique.
  • Nombre d'internautes relayent la vidéo d'un de ces rassemblements sur les réseaux sociaux, en affirmant que la « résistance des soignants » a permis d'obtenir l'annulation du pass au sein d'un de ces établissements.
  • Si le contrôle du pass sanitaire se veut avant tout « à visée pédagogique » jusqu'au 13 octobre, il est bien amené à devenir obligatoire dans ces hôpitaux, au même titre que la vaccination des soignants, comme le confirme le CHU de Martinique à 20 Minutes.

Edit du 13 octobre 2021 : ajout de la réponse de la CGT Martinique, reçue après publication.

La semaine pouvait difficilement mieux commencer pour les opposants aux mesures sanitaires prises par le gouvernement pour lutter contre le Covid-19. Nombre d’entre eux se réjouissent en effet, sur les réseaux sociaux, d’un supposé triomphe en Martinique.

« Le pass sanitaire a été annulé à l’hôpital de Trinité en Martinique », se réjouit un tweet viral. Le directeur de l’établissement l’aurait suspendu « face à la résistance des soignants », poursuit la publication accompagnée d’images de manifestants en train de scander « Liberté ! Liberté ! » en pleine rue.

Mais si ces images ont bien été filmées en Martinique au premier jour de l'entrée en vigueur du pass sanitaire dans les établissements recevant du public dans le département, lundi 11 octobre, elles ne signifient nullement que la présentation d’un QR code pour les soignants et les patients reçus pour une consultation a été suspendue.

FAKE OFF

La vidéo en question a initialement été publiée sur la page Facebook du syndicat UGTM Santé qui relayait, le 11 octobre, les images des multiples mobilisations organisées à proximité de différents établissements hospitaliers de l’île, deux d’entre elles ayant été filmées près du CHUM Louis Domergue La Trinité. Contacté par 20 Minutes, le syndicat UGTM Santé n’avait pas répondu à nos sollicitations avant la parution de l’article.

Comme le relatent nos confrères de La Première, et ainsi que le crie l’une des manifestantes aperçues dans la vidéo virale (« Aujourd’hui est un jour spécial et ce sera ainsi jusqu’à nouvel ordre. Pas de contrôle du pass sanitaire, surtout par des personnes non habilitées à cet effet ! », à 1’45), ce mouvement est censé se poursuivre jusqu’à l’obtention du retrait du pass sanitaire dans les hôpitaux locaux.

Or, la mobilisation était toujours d’actualité mardi 12 octobre, rapporte La Première. Contacté par 20 Minutes, le CHU de Martinique nous indiquait ce jour-là que « l’installation du pass sanitaire tente d’être mise en place sur tous les sites par la direction générale » et que « les trois premiers jours de contrôle du pass sanitaire se veulent être avant tout à visée pédagogique. »

« La loi est la loi »

Dans une note interne, que 20 Minutes a pu consulter, le CHU explique en effet à son personnel que les contrôles « à visée pédagogique » auront lieu du 11 au 13 octobre, avant que le pass sanitaire ne soit contrôlé « conformément aux dispositions légales ». Le document rappelle en outre que le vaccin deviendra obligatoire pour le personnel soignant à compter du 24 octobre pour la première dose et du 14 novembre pour la seconde.

« [L'annonce du retrait] est une fausse information. Le directeur du site [...] et la direction générale poursuivent l'application de la loi. Le personnel est toujours mobilisé », confirme à 20 Minutes la CGT Martinique.

La rencontre du 11 octobre entre le directeur du CHU de Martinique, Benjamin Garel, et les différents représentants syndicaux n’a donc pas abouti au retrait du pass sanitaire, mais simplement au rappel, par le directeur, de la possibilité de réaliser un test antigénique pour être en conformité avec le pass sanitaire.

« La loi est la loi, elle a été votée par les gens élus du peuple », a en outre affirmé le Benjamin Garel lors de cette rencontre, en partie filmée dans un reportage de La Première. Si 71 % des professionnels de santé libéraux de Martinique sont vaccinés, selon les derniers chiffres de l’ARS, « aucune donnée précise n’a en revanche été communiquée concernant la vaccination des agents des hôpitaux et des Ehpad, qui représentent plus de 80 % des professionnels de santé » de l’île, comme le rappelle La Première.