Saint-Etienne : Les coqs chantaient trop fort, l'école est obligée de s'en séparer

SAINT ETIENNE L’établissement scolaire, qui avait ouvert un poulailler pour les écoliers, a été contraint de se séparer des gallinacés en raison des plaintes du voisinage

C.G.
— 
Illustration. Un coq
Illustration. Un coq — Pixabay

Une basse-cour dans la cour de l’école pour apprendre aux enfants à observer les gallinacés, les nourrir et s’occuper du poulailler. L’expérience séduisante sur le papier a tourné court à Saint-Etienne (Loire). Et l’école Saint-Michel en a récemment fait les frais, rapporte Le Progrès.

Les voisins, excédés par les chants matinaux des coqs, sont montés au créneau, allant jusqu’à porter plainte. Résultat : l’établissement scolaire a pris la décision de se séparer des volatiles, contraints de quitter leurs nids le 7 octobre.

Une histoire de coqs qui se répète. Le coq Maurice, star malgré lui de l’Ile d’Oléron, s’était retrouvé devant les tribunaux. Les riverains, désireux de lui clouer le bec, avaient intenté un procès à sa propriétaire mais avaient été déboutés par la justice. En Ardèche, le coq Marcel avait été tué par un voisin, lui aussi excédé par ses chants matinaux.