Vaccination : Gare à cet extrait vidéo tronqué d'une directrice d'ARS

FAKE OFF Un extrait vidéo tronqué d’une intervention de la directrice de l’Agence régionale de santé de Guadeloupe est relayé sur les réseaux sociaux

A.O.
— 
Le préfet de Guadeloupe, Alexandre Rochatte, et la directrice de l'ARS de Guadeloupe, Valérie Denux, en août 2021 (illustration).
Le préfet de Guadeloupe, Alexandre Rochatte, et la directrice de l'ARS de Guadeloupe, Valérie Denux, en août 2021 (illustration). — GILLES MOREL/SIPA
  • Depuis plusieurs jours, certains internautes relayent une courte vidéo se moquant d’un supposé lapsus d’une directrice d’Agence régionale de santé à propos du Covid-19 et de la vaccination.
  • Cette séquence la montre en train d’affirmer : « On a un énorme réservoir de personnes à contaminer ! »
  • Cet extrait est authentique et tiré d’une conférence de presse de la directrice de l’ARS de Guadeloupe donnée le 28 juillet 2021. Mais il est sorti de son contexte, puisque cette dernière cherchait en réalité à alerter sur le danger causé par le faible taux de vaccination de la population, comme le montre la suite de son intervention.

L’extrait vidéo ne dure que quelques secondes, mais il amuse beaucoup certains internautes convaincus que la vaccination contre le Covid-19 serait soit inutile, soit carrément dangereuse.

On y voit, lors d’un point presse, une « responsable d’ARS » (Agence régionale de santé) affirmer, devant les multiples micros installés devant elle : « On a un énorme réservoir de personnes à contaminer ! »

« Lorsque tu te rends compte que tu viens de dire une vérité, à ton insu : [une] responsable d’ARS [Agence régionale de santé] baisse honteusement la tête, après avoir sorti sa boulette ! », se moque ainsi, en légende, l’un des nombreux utilisateurs de Twitter à avoir partagé cette séquence sans plus de contexte.

FAKE OFF

Cet extrait est authentique : il est tiré de la conférence de presse donnée conjointement le 28 juillet 2021 par la directrice de l’ARS de Guadeloupe, Valérie Denux, et par le préfet de Guadeloupe, Alexandre Rochatte. Cette prise de parole publique d’une quarantaine de minutes reste intégralement visionnable sur la page Facebook de nos confrères de Guadeloupe La 1ère.

Après s’être livrée à un long résumé de la situation sanitaire locale, alors très « préoccupante » selon Alexandre Rochatte, Valérie Denux en vient à évoquer le taux de vaccination contre le Covid-19 parmi la population, dans un contexte bien différent de celui que laisse entrevoir l’extrait viral.

« Alors on va parler de vaccination, bien sûr. La vaccination est très faible, et du coup, avec les contaminations qu’on a, c’est la catastrophe annoncée. On a un énorme réservoir de personnes à contaminer ! » affirme-t-elle ainsi (à partir de 13’23).

Sans que cette dernière phrase ne soit forcément un lapsus au vu de la suite de ses propos (tronqués dans l’extrait partagé), puisqu’elle insiste justement sur le nombre considérable de personnes risquant d’être contaminées : « La vaccination en Guadeloupe, aujourd’hui, pour les gens adultes, au-dessus de 18 ans, est à 27,77 % en première injection. Pour les adolescents entre 12 et 18 ans, elle est à 5,81 %. Donc au total, la population globalement, en première injection, elle est de l’ordre de 21 % et avec les deux injections réalisées, elle est en dessous de 20 %. Donc comment voulez-vous qu’avec ça, on soit protégé ? »

Un duo au cœur d’une polémique lors d’une autre conférence de presse

« Les anti-vaccins font énormément de mal et mettent en danger la Guadeloupe », ajoute ensuite la responsable de l’ARS, après avoir déjà fustigé au préalable leur influence dans le débat public.

Malgré ce cri d’alerte, la dégradation de la situation sanitaire s’est poursuivie, puisque la Guadeloupe a finalement été reconfinée à partir du 4 août 2021. Quelques jours seulement après qu’une autre conférence de presse du préfet de Guadeloupe et de la responsable de l’ARS de Guadeloupe a fait polémique, le premier ayant été surpris en train de murmurer à Valérie Denux d'adopter « un ton grave et catastrophique ».