Coronavirus : « Pas peur du tout », « très inquiet »… Des sentiments mitigés à l’aube des soirées en intérieur

VOTRE VIE VOTRE AVIS La météo va bientôt nous contraindre à abandonner les terrasses, ce qui pourrait faire les affaires du Covid-19

Pierre Cloix
— 
Pensez à aérer, quand même
Pensez à aérer, quand même — Canva/20 Minutes
  • Avec le froid, nous allons davantage retrouver nos proches en intérieur.
  • On sait que les espaces clos et mal aérés favorisent la circulation du coronavirus.
  • Nous avons demandé à nos lecteurs si cela les inquiétait.

Même si, pour l’instant, la météo est clémente, on ne va pas se mentir, c’est bientôt le moment de ressortir caquelons et appareils à raclette. Jusque-là, que du positif, me direz-vous. Seulement voilà, le coronavirus pourrait bien profiter de nos soirées et dîners en intérieur pour circuler davantage.

La situation sanitaire s’améliore, c’est un fait. Ce qui n’empêche pas Aurélien de se faire du souci : « Je suis très inquiet. Le virus circule toujours, et nous sommes loin de la stratégie du “zéro Covid”. De plus, nous ne savons pas encore parfaitement quelle est la protection du vaccin à long terme. »

Carla, elle, ne veut « pas s’arrêter de vivre ». Pourtant, elle aussi s’alarme : « Franchement, quand je suis au resto ou dans un bar, je ne suis vraiment pas tranquille. De plus en plus de personnes ne respectent plus les gestes barrières. » Au point que notre lectrice se dit souvent : « J’espère que je ne vais rien attraper, parce que je sors ce soir. »

Sara, de son côté, pense avoir trouvé la solution : « Il faudrait laisser la possibilité aux bars et restos de maintenir les terrasses ouvertes et installer des chauffages. » A priori, ce sera le cas. En revanche, pas sûr que, sur le plan écologique, on s’y retrouve.

Le vaccin rassure

Toutefois, les témoignages que nous avons reçus sont hétérogènes. Ainsi, certains ne comptent pas abandonner leur liberté retrouvée depuis l’abandon des couvre-feux et des confinements : « Je ne suis absolument pas inquiet, avance Julian, tout de go. La situation est sous contrôle, comme on peut le voir au pourcentage d’occupation des lits en réanimation. Et vu que tout le monde, ou presque, est vacciné, pourquoi avoir peur ? Il ne faut pas avoir peur de vivre, c’est ridicule. »

Viviane aussi veut « vivre », et le vaccin lui a ôté toute crainte éventuelle : « Je n’ai pas peur, étant vaccinée, tout comme ma famille et les gens que je côtoie. Je retournerai autant qu’avant dans les restaurants ainsi qu’au cinéma ou d’autres lieux où il y a du monde. » En définitive, c’est peut-être l’état d’esprit de Laura qui synthétise le mieux la situation : « Il faut rester raisonnable, ne pas être dans une psychose, tout en faisant quand même attention. »