Versailles : Le domaine de Grignon cédé à un promoteur, les opposants saisissent la justice

PATRIMOINE Le site doit être cédé par l'Etat au promoteur immobilier Altarea Cogedim dans le cadre d'un projet de « grand pôle d'excellence scientifique »

20 Minutes avec agence
— 
F. Pouliquen / 20 Minutes

Les opposants à la vente du domaine de Grignon, dans les Yvelines, ont annoncé avoir saisi la justice pour s’opposer à la cession de ce berceau de l’agronomie française au promoteur immobilier Altarea Cogedim.

« Nous déposons aujourd’hui [mardi] un recours contentieux auprès du tribunal administratif de Versailles », a indiqué l’association Grignon 2000 dans un communiqué. « Les conditions auxquelles des forêts propriété de l’Etat, comme celle de Grignon, peuvent être vendues », n’ont pas été « respectées », ajoutent-ils.

Le projet des anciens élèves non retenu

Situé sur la petite commune de Thiverval-Grignon, le domaine de Grignon est occupé par l’école d’ingénieurs agronomes AgroParisTech et par des chercheurs. Il comprend un château du XVIIe siècle inscrit au titre des monuments historiques. Le domaine comprend aussi 130 hectares de terres agricoles, dont une ferme expérimentale, et plus de 133 hectares de bois.

Dans le cadre de la création d’un « grand pôle d’excellence scientifique » sur le campus de Paris-Saclay, les différents sites franciliens d’AgroParisTech, dont celui de Grignon, sont vendus. Pour lui succéder, l’Etat a retenu le projet d’Altarea Cogedim, qui était en concurrence notamment avec le projet alternatif « Grignon 2026 » porté par une association d’anciens élèves de l’école.

Un groupe de travail mandaté par le gouvernement

Les opposants à la vente (étudiants, élus, agronomes ou syndicalistes) multiplient depuis des mois les manifestations pour faire annuler cette vente. Un groupe de travail, mandaté par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie et dirigé par le directeur d’AgroParisTech Gilles Trystram, a été formé, mais les opposants à la cession n’ont pas souhaité en faire partie. Ils arguent qu’Altarea, qui fait partie de ce groupe, possède « virtuellement ou effectivement toutes les cartes de la décision ».

Le domaine de Grignon sera au cœur des manifestations de ce samedi 9 octobre à Paris, comme d’autres projets controversés. Des défenseurs de l’environnement doivent partir des quatre coins d’Ile-de-France en direction de la capitale pour dénoncer « l’urbanisation massive » de la région.