Lyon : Un collectif lancé pour lutter contre l'implantation d'un nouveau McDo, «un de trop»

MOBILISATION Une centaine d'habitants et commerçants du quartier de l'Industrie de Vaise à Lyon se mobilisent pour faire annuler l'autorisation de travaux

Caroline Girardon
— 
Des habitants de Lyon s'opposent à l'implantation d'un McDonald's dans leur quartier. Illustration.
Des habitants de Lyon s'opposent à l'implantation d'un McDonald's dans leur quartier. Illustration. — FRANCK LODI/SIPA
  • Dénonçant l’implantation d’un onzième McDonald’s à Lyon, un collectif de riverains s’est fédéré.
  • Il a introduit un recours gracieux auprès de la mairie pour demander l’annulation de l’autorisation de travaux.
  • Il réclame également à la place l’installation d’une Halle de producteurs locaux, une promesse faite par EELV pendant la campagne municipale.

L’enseigne en soi ? Ils n’y sont « pas opposés », assurent-ils. Mais l’annonce de l’implantation d’un McDonald's, rue des Docks dans le quartier de Vaise à Lyon, a constitué la goutte d’eau faisant déborder le vase. « C’est un de trop », souffle Alex, porte-parole du collectif de riverains baptisé Non au McDo Vaise Industrie. Le mouvement rassemble actuellement une centaine de personnes, habitants et commerçants. Une pétition vient d’être lancée pour demander l’annulation de l’autorisation de travaux et l’installation d’une halle de producteurs locaux à la place du projet.

« On souhaite tous simplement limiter la prolifération déraisonnée de McDonald’s. Il s’agit du 32e établissement dans l’agglomération lyonnaise et du 11e à Lyon », appuie le jeune homme dénonçant ainsi « un monopole ». Et d’ajouter : « Dans le secteur, ils ont déjà pignon sur rue. Deux se trouvent à moins de cinq minutes d’ici : un à Caluire, un à Champagne-au-Mont d’or. Pourquoi en ajouter un troisième ? Il serait bien que d’autres enseignes puissent se créer et s’installer à la place. »

Promesse électorale non tenue ?

Résidant dans le quartier depuis 2018, Alex s’étonne de l’absence de commerces alimentaires « pour faire ses courses ». « Il y en a très peu. Il existe une seule petite épicerie. Lors des élections municipales et métropolitaines, EELV promettait un marché de producteurs locaux au même endroit. Un an après, il n’y en a pas mais un McDonald’s a été validé », s’étonne-t-il, soulignant le paradoxe de la situation, d’un « point de vue écologique ».

« D’après un rapport publié en 2017 par l’ONG Zero Waste, cette enseigne produit 115 tonnes de déchets par jour en France et seulement un quart est recyclé, argumente-t-il. On sait très bien qu’ils produisent des hamburgers à la chaîne et qu’ils doivent être jetés s’ils ne sont pas vendus dans les quinze minutes. C’est rajouter du gaspillage alimentaire. »

Recours gracieux auprès de la mairie

Désireux de faire capoter le projet, le collectif a envoyé le 1er octobre, un recours gracieux à Grégory Doucet, le maire de Lyon (EELV) et à Anne Braibant, la maire du 9e arrondissement. A partir du moment où l’autorisation de travaux a été publiée (chose faite le 25 septembre), il disposait de deux mois pour faire un recours.

Contactée, la maire de Lyon n’a pour l’instant pas accédé à notre demande d’interview, précisant toutefois qu’elle « avait peu de marge de manœuvre sur le sujet » en raison de la liberté de commerce qui prévaut.