Montpellier : Des « capotes de verre » distribuées aux étudiants pour lutter contre le GHB

PREVENTION Selon plusieurs associations, l’usage de ce stupéfiant, appelé « drogue du violeur », a explosé à Montpellier

N.B.
— 
Une protection pour les verres de l'entreprise Drink Watch
Une protection pour les verres de l'entreprise Drink Watch — Drink Watch

A la fin du mois de septembre, l’Association générale des étudiants montpelliérains (Agem), qui regroupe 25 associations, alertait sur la recrudescence des cas de jeunes, drogués au GHB, dans les bars et les discothèques, à Montpellier (Hérault). « Les années précédentes, cela pouvait arriver, de temps en temps, mais pas autant qu’aujourd’hui », confiait Edgar Bruel, le président de l’Agem, à 20 Minutes.

Pour protéger les jeunes contre ce fléau, les associations membres de l'Agem se sont regroupées pour acheter des « capotes de verre ». Plus de 2.000 protections, réutilisables et positionnables sur différents types de verres, ont été commandées auprès de l’entreprise lilloise Drink Watch. spécialisée dans ces dispositifs.

Ces protections, qui empêchent que de la drogue puisse être glissée dans un verre, seront distribuées aux associations jeudi à 19 heures au Temple Bar, afin qu’elles les distribuent à leur tour aux étudiantes et aux étudiants. Par ailleurs, l’université Paul-Valéry a également acheté des « capotes de verres ». Elles seront distribuées jeudi de 10 heures à 16 heures, sur le stand de l’Agem, au forum des associations du campus.