Poitiers : Tentative de suicide de l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

ENQUETE L’anesthésiste de Besançon, soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, était mardi matin en service de réanimation à l’hôpital de Poitiers où son état était jugé « stationnaire »

20 Minutes avec AFP
— 
Une anesthésie. Illustration.
Une anesthésie. Illustration. — Florence Durand - Sipa

Il s’est jeté d’une fenêtre en hauteur de l’habitation de ses parents, dans la banlieue de Poitiers (Vienne), où il est placé sous contrôle judiciaire depuis 2019. Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours », ont annoncé mardi ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé ».

L’anesthésiste était mardi matin en service de réanimation de l’hôpital de Poitiers où son état était jugé « stationnaire », selon l’un de ses défenseurs, Me Lionel Béthune de Moro.

« Il préférerait aller au procès tout de suite pour qu’on l’écoute »

« Placé sous contrôle judiciaire, il s’est vu interdire sa profession, écarté de la région où il vivait séparé de sa famille et de ses trois enfants. Au fil du temps et des errements de la procédure, l’espoir l’a abandonné », affirment par ailleurs dans un court communiqué ses trois avocats Mes Jean Yves Leborgne, Randall Schwerdorffer et Lionel Béthune de Moro.

« Cela fait trente mois qu’il n’a pas été entendu par la justice », a ajouté Me Béthune de Moro, selon qui « l’enquête n’a pas beaucoup changé, hormis quelques expertises psychiatriques », contestées par le parquet de Besançon. « C’est quelqu’un qui est désespéré… Il a été désigné comme étant le pire des salauds et il y a eu 30 mois de procédure sans qu’il ne se passe rien, a dit sa sœur à Besançon. Il préférerait aller au procès tout de suite pour qu’on l’écoute. »

Soupçonné d’avoir pollué les poches de perfusion de patients

Le Dr Péchier, 49 ans, a été mis en examen pour un total de 24 empoisonnements de patients entre 2008 et fin 2016, dont neuf sont décédés. Il est soupçonné d’avoir pollué les poches de perfusion de ces patients, âgés de 4 à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur et discréditer des collègues de cliniques de Besançon avec lesquels il était en conflit.

Le procureur de Besançon, qui n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat, doit donner une conférence de presse mercredi au tribunal judiciaire de Besançon.