Lyon : Enedis lance la plus grande installation de recharge électrique en copropriété

INNOVATION Pour accompagner la transition vers la mobilité électrique, Enedis a équipé une copropriété à Ecully d’une colonne de recharge électrique horizontale pouvant alimenter 250 parkings individuels. Une innovation d'ingénierie appelée à se développer avec la mobilité électrique

Jennifer Lesieur
— 
La colonne horizontale est discrètement installée au-dessus des box.
La colonne horizontale est discrètement installée au-dessus des box. — ENEDIS
  • Enedis a présenté à Ecully sa plus grande installation de recharge électrique en copropriété.
  • Cette innovation en matière d'ingénierie permet aux habitants d'un immeuble de recharger leur véhicule électrique chez eux.
  • La demande va se développer dans un avenir proche où l'on prévoit 15 millions de véhicules électriques pour 2035 en France.

A première vue, c’est un banal parking d’immeuble. Du ciment, des néons, des box fermés. L’œil attentif remarquera peut-être un discret cache-câble blanc, qui court au-dessus des portes sur toute la longueur. Ce que cette coque renferme est l’une des plus grandes installations françaises de bornes de recharge électrique en copropriété, signée Enedis. « Cette installation sous forme de colonne horizontale va permettre à terme de raccorder 250 box individuels pour pouvoir y installer des bornes de recharge électrique », précise Elise Cabrol, directrice territoriale Lyon Métropole pour Enedis.

Plus d’un kilomètre de câbles

Avec cette colonne, le réseau public de distribution d’électricité chemine dans les parties communes jusqu’aux compteurs. Sur demande du propriétaire, un simple branchement peut raccorder le box concerné au réseau. Une innovation technique qu’Enedis a développée avec cet ensemble du Val d’Ecully depuis deux ans, bien que l’idée est née cinq ans auparavant.

La démarche était visionnaire, car « il y a deux ans, on ne savait pas faire ce type d’ouvrage », avoue Thibault Deschamps, chef d’Agence Ingénierie-Colonnes. « Cela a été un long cheminement, nous avons tiré plus d’un kilomètre de câbles dans cette structure, qui est novatrice de ce point de vue, et exceptionnelle par sa taille : six parkings, 250 box, parmi lesquels 70 dérivations individuelles sont installées et opérationnelles ».

Une demande privée croissante

Il a fallu convaincre la totalité des propriétaires de financer partiellement cette opération.  Pas évident pour ceux, minoritaires, qui ne possèdent pas de véhicule électrique ou n’ont pas l’intention d’en acquérir un. Des concertations ont convaincu les récalcitrants, d’autant plus que la présence de cette installation peut valoriser leur bien en cas de vente. Et si deux abonnements restent nécessaires, les propriétaires gardent le choix de leur fournisseur d’énergie. Enedis réfléchit à des processus clients simplifiés pour permettre de déployer ces infrastructures de copropriété, au niveau local comme national.

La demande est en effet importante et appelée à se renforcer, puisqu’en 2035, 15 millions de véhicules électriques devraient circuler sur les routes françaises. Passer à l’électrique fait encore hésiter en raison du prix élevé des voitures, mais aussi de la difficulté à les recharger chez soi. « Enedis travaille aujourd’hui à préparer la mobilité électrique de demain, poursuit Elise Cabrol. Nous sommes convaincus que c’est l’un des leviers pour répondre aux enjeux du développement des ZFE [zones à faibles émissions], à Lyon mais aussi dans d’autres agglomérations. Et comme la plupart des gens en métropole habitent en copropriété, il faut qu’on puisse installer ces infrastructures, en accompagnant les collectivités locales, les bailleurs sociaux et les syndics. »