Somme : Le maire d’un village prend un arrêté pour que les chiens aboient avec modération

TROP DE BRUIT La petite municipalité de Bouvaincourt-sur-Bresle, dans la Somme, en a assez des nuisances sonores liées à certains propriétaires de chiens

G.D.
— 
La mairie de Bouvaincourt-sur-Bresle, dans la Somme.
La mairie de Bouvaincourt-sur-Bresle, dans la Somme. — Google Maps

Après les coqs et les vaches, les chiens sont, à leur tour, priés de faire moins de bruit. Le maire d’un village de la Somme a décidé de prendre un arrêté « anti-aboiements », début septembre, annonce Le Courrier Picard.

Situé non loin du Tréport, Bouvaincourt-sur-Bresle est la deuxième commune des Hauts-de-France à s’attaquer ainsi aux aboiements intempestifs des chiens. Il y a deux ans, le maire de Feuquiere, dans l’Oise, avait fait de même, provoquant un déferlement médiatique.

« Ça m’a pourri la vie »

« J’ai tiré une croix sur cette affaire, ça m’a pourri la vie », se souvient le maire, Jean-Pierre Estienne, au quotidien régional. L’affaire était allée jusqu’au tribunal administratif, mais l’arrêté avait sauvé sa peau et il est toujours en vigueur, aujourd’hui.

Pour le maire de Bouvaincourt-sur-Bresle, Yves Mainnemarre, il ne s’agit nullement d’un « arrêté anti-chiens ». « C’est normal que les animaux fassent du bruit, mais quand vous avez une maison jumelée et que le chien de votre voisin aboie jour et nuit, ce n’est pas marrant », témoigne-t-il auprès de France Bleu Picardie.

Résoudre deux cas problématiques

L’élu assure que les chiens pourront continuer d’aboyer, mais dans la mesure du raisonnable. « Nous avons pris cet arrêté pour résoudre deux cas problématiques, avoue-t-il. Depuis que nous avons fait suivre le document par courrier aux propriétaires de chiens concernés, la situation s’est améliorée. »

Et si les aboiements s’avèrent « prolongés ou répétés », la gendarmerie pourra verbaliser. Il peut en coûter 68 euros d’amende, l’équivalent d’une sacrée quantité de croquettes.