L'Etat va aider financièrement pendant un temps les jeunes majeurs de l'Aide sociale à l'enfance

PAUVRETE Le gouvernement va demander aux départements de poursuivre temporairement leur accompagnement et compensera leurs dépenses

M.F avec AFP
— 
Le secrétaire d'État à l'Enfance Adrien Taquet.
Le secrétaire d'État à l'Enfance Adrien Taquet. — Jacques Witt/SIPA

Depuis le premier confinement en mars 2020, les conseils départementaux ont reçu instruction de ne pas mettre fin à leur accompagnement de jeunes de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) devenus majeurs. En effet, avec la crise sanitaire, les difficultés pour obtenir un stage ou un emploi étaient plus grandes et ces jeunes placés dans des familles d’accueil, hôtels ou foyers gérés par l’ASE risquaient de se retrouver à la rue. Un risque toujours présent aujourd’hui pour des milliers de jeunes car la mesure devait s’arrêter le 30 septembre.

Le gouvernement a finalement répondu aux inquiétudes des associations de protection de l’enfance. « Si des jeunes ne trouvaient pas de solution, je demande aux départements de poursuivre la prise en charge des enfants et l’Etat compensera » en attendant l’adoption du projet de loi de Protection de l’enfance, a annoncé mercredi le secrétaire d’Etat à l’Enfance Adrien Taquet. Ce texte a été voté à l’Assemblée nationale en juillet, mais pas encore adopté par le Sénat.

« Ne pas laisser à la rue les enfants placés »

Le collectif Cause Majeur !, qui rassemble une vingtaine d’associations de protection de l’enfance, avait demandé « en urgence une nouvelle prolongation de l’interdiction de toute sortie sèche de la protection de l’enfance le temps que le Sénat pérennise le dispositif d’accompagnement pour les plus de 18 ans », dans un communiqué.

« L’Etat partage notre volonté de ne pas laisser à la rue les enfants placés, mais en l’absence d’une loi nous n’aurons pas de voie de recours si des départements ne suivent pas ses recommandations, ce qui a été le cas ces derniers mois », a déclaré Lyes Liouffok, membre de ce collectif et ancien enfant placé.

40 % des SDF de moins de 25 ans sont des anciens de l’ASE

« La situation économique a changé, il faut s’en réjouir, il y a un certain nombre de boulots non pourvus. Et quand le premier ministre annonce 900 millions d'euros d'ici la fin de l'année à la formation professionnelle, cela profite à tous les jeunes, dont ceux de l’Aide sociale à l’enfance, identifiés comme un public prioritaire », a déclaré Adrien Taquet devant la Commission des Affaires sociales au Sénat.

Selon Lyes Liouffok, certains des jeunes qui ont eu 18 ans depuis mars 2020, parmi lesquels figurent de nombreux migrants, et qui sont hébergés dans des familles d’accueil, des foyers ou des hôtels, pourraient tout de même se retrouver dans la rue. Selon des statistiques d'avant-crise, « un quart des personnes sans abri sont d’anciens enfants placés auprès de l’ASE, un chiffre qui atteint 40 % » pour les SDF de moins de 25 ans, souligne Cause Majeur !.