Marseille : Les éboueurs travaillent-ils moins qu’ailleurs ?

CONFLIT SOCIAL Un rapport de la chambre régionale des comptes à paraître évalue le temps de travail des éboueurs marseillais à 3h30 par jour

Alexandre Vella
— 
Un agent de collecte des déchets (illustration)
Un agent de collecte des déchets (illustration) — Jeff PACHOUD / AFP
  • Depuis jeudi, les agents de collectes de Marseille et de la métropole sont en grève.
  • Ceux-ci refusent que dans le cadre de la loi de la transformation de la fonction publique leur temps de travail soit allongé.
  • Mais les éboueurs travaillent-ils moins que les autres agents de la métropole ?

Les agents de collecte des déchets de Marseille et de la métropole sont en grève depuis jeudi soir pour peser sur les négociations autour de leur temps de travail. Les éboueurs marseillais travailleraient autour de 1.286 heures par an, temps de travail que revendique la CGT. Or, la loi de transformation de la fonction publique, votée en 2019, doit instaurer dans les collectivités territoriales au 1er janvier 2022 un temps de travail annuel de 1.607 heures par agent, avec quelques dérogations permises au titre des sujétions (pénibilité, dangerosité, travail intense, de nuit…). Mais quel est le temps de travail des autres corps de métiers et des éboueurs d’autres villes ?

Combien de temps travaillent réellement les éboueurs marseillais ?

Le temps de travail des éboueurs marseillais est un vieux serpent de mer, difficile à mesurer. Une chose semble certaine, avec cette réforme, les éboueurs marseillais perdent l’équivalent de 28 jours de congés. Mais ce n’est pas la première fois qu’il est question de leur temps de travail.

En 2014, déjà, le sujet avait été sur la table, par le prisme du « fini-parti ». L’administration territoriale d’alors, Marseille Provence Métropole (aujourd’hui Aix-Marseille Provence), avait annoncé un accord concluant à un temps de travail minimum de 5h30 par jour. Pourtant, un rapport de la chambre régionale des comptes à paraître en octobre évalue leur temps de travail à 3h30 par jour, selon Roland Mauren, vice-président en charge des déchets. Soit un décompte identique à celui déjà pointé en 2007 par la même instance.

Quel est le temps de travail des autres agents du territoire ?

La ville de Marseille a déjà mené cette réforme pour ses agents. « Les 1.607 heures, nous y sommes, la ville s’était autosaisie du dossier », explique Olivia Fortin, en charge de l’action publique à la mairie de Marseille. A deux exceptions. Les agents des écoles et des crèches qui disposent du mercredi chômé, soit un abattement d’une centaine d’heures annuelles. Sauf que ce dernier ne l’est, en principe, qu’à titre exceptionnel et lié à la situation sanitaire. Un dispositif que des agents voudraient voir pérenniser au titre de la pénibilité. Revendication qui perturbe le fonctionnement des écoles, occasionnant des grèves perlées.

Les policiers municipaux aussi dérogent aux 1.607 heures. Leur temps de travail, pour ceux qui font un service de nuit, s’établit à 1.487 heures par an. Ce qui fait dire à Patrick Rué, du syndicat FO, que 1.487 heures est une base de négociation pour les éboueurs, dans la mesure où ils cumulent l’ensemble des facteurs de pénibilité (travail sans pause, de nuit, les dimanches…). La métropole assure ne pas pouvoir légalement aller sous les 1.530 heures.

Et à Paris ?

« L’exécutif parisien est opposé à cette loi », rappelle Antoine Guillou, adjoint à la mairie de Paris en charge des ressources humaines. « Nous avons cherché des leviers pour limiter au maximum l’impact de cette loi qui supprimait huit jours de congé aux agents », explique-t-il. Ainsi, deux jours de congé supplémentaires ont été accordés au titre du fractionnement, c’est-à-dire lorsque des congés sont pris hors période estivale. Les journées de travail ont été rallongées de quelques minutes afin d’octroyer deux jours de RTT supplémentaires. Enfin, trois jours de sujétions ont été accordés à l’ensemble des agents, et davantage pour les professions les plus pénibles. En moyenne les agents de la ville travaillent 1.550 heures annuelles.

Dans le détail, les agents de collecte des déchets parisiens travaillent entre 1.502 et 1.586 heures. Volume horaire auquel il faut soustraire les trois jours sujétions dont bénéficient l’ensemble des agents et les deux jours au titre du fractionnement, soit près de 40 heures en moins par an.