Yvelines : Le château de Galluis fermé après 125 interventions de gendarmes pour nuisances

ARRETE MUNICIPAL La société exploitante du château du Lieutel a fait l'objet d'une fermeture administrative et la gendarmerie est intervenue pour la faire appliquer

20 Minutes avec agence
— 
E. Frisullo / 20 Minutes

C’est le clap de fin pour les fêtes au château du Lieutel, à Galluis ( Yvelines). Comme le rapportent nos confrères du Parisien, la gendarmerie est intervenue ce week-end, à la demande du préfet pour faire appliquer l’arrêté municipal de fermeture administrative. Ce dernier remonte à 2019 et interdit les réceptions dans le parc.

« Le 15 septembre, le maire de Galluis a constaté le non-respect de la fermeture de l’établissement Chapiteau-Château du Lieutel » et a mis en demeure la société exploitante des lieux de procéder à sa fermeture, précise la préfecture au quotidien. Le délai d’exécution fixé au 24 septembre n’a pas été respecté, amenant à l’intervention des gendarmes.

Les riverains las des nuisances sonores

Triste nouvelle pour les mariés qui avaient loué le lieu ce week-end, mais de quoi redonner le sourire aux riverains. Dans cette commune de 1.100 habitants, les fêtes à répétition commençaient à agacer : afflux important de véhicules, stationnement des visiteurs dans les rues et tapage.

« Des nuisances sonores répétées et des troubles à l’ordre public majeurs ont nécessité plus de 125 interventions de patrouille de gendarmerie ces douze derniers mois », a ainsi indiqué la préfecture. « C’est l’aboutissement de plusieurs mois de lutte aux côtés des riverains face aux activités du château qui a été exploité avec des nuisances qui ont été absolument délirantes et qui ont généré des violences », confie par ailleurs la députée locale Aurore Bergé (LREM) à 78actu.

Les exploitants dénoncent « un acharnement »

De leur côté, le propriétaire et les exploitants du château dénoncent « un acharnement des riverains (…), d’autant que nous avons fait les travaux d’insonorisation. Mais personne ne s’est déplacé pour constater la mise aux normes ! ».

Ils estiment également que l’arrêté est caduc car il ne concernerait que le chapiteau et le nom de la société d’exploitation aurait changé depuis.