Marseille : Des agents de la collecte des ordures ménagères en grève

SOCIAL Une partie des agents d’un des deux dépôts ont débrayé jeudi soir, pour protester contre la réforme en cours de leur temps de travail

Alexandre Vella
— 
Des poubelles à Marseille.
Des poubelles à Marseille. — Alexandre Vella / 20 Minutes

Un spectre hante Marseille. Celui d’une grève massive des agents de collecte des ordures ménagère à Marseille, comme la ville a pu en connaître par le passé. Jeudi soir, une partie des agents en charge du ramassage des poubelles ne sont pas sortis du dépôt de la Cabucelle, l’un des deux que compte la métropole. Selon La Provence, seuls 10 des 27 bennes que compte ce dépôt sont parties faire leur tournée.

Le second dépôt n’aurait pas été impacté par ce mouvement de grève qui s’appuie sur un préavis déposé par la CGT le 1er septembre dernier qui court jusqu’à la fin de l’année. Ils entendent peser sur les négociations autour de la réforme du temps de travail des agents de la Métropole. Réforme qui doit aboutir d’ici le 1er janvier 2022, comme le lui oblige la loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019.

Conditions de travail

Contacté par 20 Minutes, Eric Rabito, élu CGT au comité technique confirme que des agents ont débrayé. « J’étais à la Cabucelle jeudi soir pour échanger avec les agents après les négociations avec l’administration qui se sont tenues dans l’après-midi », explique-t-il. « Beaucoup ont été choqués par la proposition de l’administration », poursuit l’élu CGT.

Dans le détail, les agents demandent au titre, notamment, de la pénibilité, une réduction du temps de travail qui sert de base à ces négociations, à savoir 1.607 heures annuelles. « L’administration nous a proposés 1.530 heures. Nous voulons une réduction de 20 %, soit 1.286 heures annuelles », expose Eric Rabito. « C’est ce qui se fait déjà sur une partie des agents de la Métropole », assure-t-il.

Négociation en cours

« C’est aux agents de décider si la grève va durer ou non. Mais j’espère que nous n’allons pas s’enliser dans une situation marseillo-marseillaise, comme on a pu le connaître par le passé », souhaite Eric Rabito. Pour l’heure aucun nouveau round de négociation n’est prévu à l’agenda. Les échanges toutefois, se poursuivent et une nouvelle rencontre avec l’administration pourrait avoir lieu en début de semaine prochaine.

A l’hiver 2020, les éboueurs marseillais avaient fait grève pendant près de deux semaines. Près de 1.000 tonnes de déchets s'étaient accumulées sur les trottoirs de la ville dans un mouvement de grève qui réclamait le départ du directeur adjoint de Derichbourg, la société titulaire du contrat de ramassage, accusé de « harcèlement ». La situation s’était envenimée, au point que des CRS avaient été déployés pour débloquer un dépôt.